Un garçon observe comment des bandes de criquets pèlerins envahissent une maison dans un quartier résidentiel de Lodwar, dans le comté de Turkana, au Kenya, en juin 2020.
Photo: ©FAO/Luis Tato

Une nouvelle génération d'essaims de criquets pèlerins menace la sécurité alimentaire

La recrudescence du criquet pèlerin continue de mettre en péril la sécurité alimentaire dans la Corne de l'Afrique et au Yémen malgré les efforts soutenus déployés pour lutter contre le ravageur. Des investissements supplémentaires sont nécessaires pour protéger les moyens de subsistance des populations rurales, a déclaré la FAO.

Une nouvelle génération d'essaims de criquets pèlerins met en péril les moyens de subsistance agricoles et pastoraux et la sécurité alimentaire de millions de personnes dans la Corne de l'Afrique et au Yémen, a affirmé l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) à la mi décembre 2020. 

De nouveaux essaims de criquets pèlerins se forment en dépit des efforts soutenus qui ont été déployés tout au long de l'année 2020 pour lutter contre le ravageur. Plus de 1,3 million d'hectares de terres infestées par les criquets pèlerins ont été traités dans dix pays depuis le mois de janvier. Selon la FAO, les opérations de traitement ont permis d'éviter la perte de quelque 2,7 millions de tonnes de céréales, d'une valeur de près de 800 millions d'USD. Les récoltes ainsi épargnées représentent de quoi nourrir 18 millions de personnes chaque année.

Cependant, les conditions météorologiques favorables et les pluies saisonnières généralisées ont permis au ravageur de se reproduire de façon importante dans l'est de l'Éthiopie et en Somalie. La situation a été aggravée par le cyclone Gati, qui a provoqué des inondations dans le nord de la Somalie le mois dernier, ce qui favorisera l'augmentation des infestations acridiennes au cours des prochains mois. De nouveaux essaims se forment déjà et menacent d'envahir à nouveau le nord du Kenya ; le ravageur commence également à se multiplier des deux côtés de la mer Rouge, faisant peser un risque sur l'Érythrée, l'Arabie saoudite, le Soudan et le Yémen. 

Des investissements supplémentaires sont nécessaires pour lutter contre le criquet pèlerin


Jusqu'à présent, les donateurs et les partenaires ont investi près de 200 millions d'USD pour financer les mesures de lutte, ce qui a permis à la FAO et aux gouvernements de renforcer rapidement les capacités d'intervention antiacridienne dans une région où la recrudescence du ravageur est d'une ampleur inédite depuis des générations. Plus de 1 500 personnes ont été formées aux opérations de prospection et de surveillance au sol et 110 véhicules équipés de pulvérisateurs terrestres, ainsi que 20 avions sont actuellement en service.

La FAO s'efforce à présent d'obtenir 40 millions d'USD supplémentaires pour renforcer les activités de surveillance et de lutte dans les pays les plus durement touchés - Éthiopie, Kenya, Somalie, Soudan et Yémen - en 2021. Dans ces cinq pays, plus de 35 millions de personnes vivent déjà en situation d'insécurité alimentaire grave et la FAO estime que ce chiffre pourrait augmenter de 3,5 millions si rien n'est fait pour enrayer la flambée récente.

Les moyens d’existence ruraux doivent être protégés


La collaboration de la FAO avec les gouvernements et les partenaires ne se limite pas aux opérations de lutte. L'Organisation intervient également pour protéger les moyens d'existence ruraux : elle fournit aux cultivateurs touchés des kits d'agriculture, elle dispense des soins vétérinaires et fournit des aliments pour le bétail affamé, et elle verse des aides en espèces aux familles qui ont perdu leurs récoltes, pour qu'elles puissent tenir jusqu'à la prochaine saison.

Plus de 200 000 ménages ont déjà bénéficié d'un appui aux moyens de subsistance, et ce nombre sera amené à augmenter. La FAO, qui viendra en aide à 98 000 ménages supplémentaires au début de 2021, appelle à poursuivre les opérations d'appui, principalement par l'intermédiaire de plans d'intervention humanitaire.
Sans financement supplémentaire, les efforts de lutte pourraient ralentir, voire cesser, d'ici à la fin du mois de janvier 2021, ce qui ouvrirait la voie à une nouvelle recrudescence de ces ravageurs dans certaines régions. Il faut continuer d'aider les populations dont les moyens d'existence sont compromis et il faut renforcer les capacités nationales en matière de suivi des criquets pèlerins et d'intervention

(FAO/ile)

Pour en savoir plus, consultez le site de la FAO

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings