De nouvelles nuées de criquets pèlerins sont attendues pour la prochaine saison des récoltes en Afrique de l’Est.
Photo: ©FAO/Sven Torfinn

La FAO progresse dans la lutte contre les criquets pèlerins

Dans son dernier rapport d’activité sur la campagne de lutte contre le criquet pèlerin, la FAO indiquait qu’elle pouvait lancer son programme de lutte contre la recrudescence du criquet pèlerin en Afrique de l’Est et au Yémen. Cependant, une deuxième vague de la prochaine génération de criquets pourrait menacer les récoltes en juin.

Le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Qu Dongyu, a annoncé, à la mi-mai, que des progrès considérables avaient été faits dans la lutte contre la recrudescence des criquets pèlerins en Afrique de l’Est et au Yémen. Il a toutefois insisté sur le fait qu’il fallait en faire plus pour éviter une crise de la sécurité alimentaire, car l’actuelle saison des pluies ne favorisait pas seulement les moyens de subsistance des agriculteurs et des pasteurs, elle offrait également des conditions favorables à la reproduction des criquets. 

Dans la publication du rapport d’activité de la FAO sur la campagne de lutte contre le criquet pèlerin en Afrique de l’Est et au Yémen, Qu Dongyu a signalé que l’agence des Nations unies avait poursuivi ses opérations de surveillance et de contrôle malgré les contraintes dues à la pandémie de COVID-19 et à d’autres problèmes.

Selon les premières estimations de la FAO, 720 000 tonnes de céréales, soit une quantité suffisante pour alimenter cinq millions de personnes pendant un an, ont été sauvées dans dix pays en empêchant la propagation du criquet pèlerin et la détérioration de nombreux hectares supplémentaires. 350 000 ménages de pasteurs supplémentaires ont ainsi échappé à une situation de grande détresse.

« Nous avons considérablement progressé, mais la lutte sera longue et elle n’est pas encore finie, » a déclaré Qu Dongyu. « Bien des gens risquent de perdre leurs moyens de subsistance et de voir s’aggraver leur situation alimentaire dans les mois à venir. »

Une nouvelle vague de criquets pèlerins est attendue pour juin, au moment de la récolte


Alors que des étendues de terres traitées sont actuellement plus ou moins débarrassées de cet insecte ravageur, les criquets de la première vague se sont reproduits et une deuxième vague de jeunes criquets passera au stade de jeunes adultes en juin et prendra son envol à un moment critique où de nombreux agriculteurs d’Afrique de l’Est se préparent aux récoltes.

Le criquet pèlerin est considéré comme le ravageur migrateur le plus destructeur du monde et un seul essaim couvrant un kilomètre carré peut contenir jusqu’à 80 millions de criquets. 

Émis en janvier, l’appel de la FAO pour lutter contre le criquet pèlerin concerne aujourd’hui dix pays : Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Kenya, Somalie, Soudan du Sud, Soudan, Ouganda, Tanzanie et Yémen.

L’actuelle recrudescence est particulièrement alarmante dans la grande Afrique orientale où les prévisions récemment publiées dans le Rapport mondial sur les crises alimentaires indiquent que plus de 25 millions de personnes vont être confrontées à une forte insécurité alimentaire dans la deuxième moitié de 2020. 

Au Yémen, où les criquets pèlerins se sont reproduits à l’intérieur des terres, dans des zones difficiles d’accès, 17 millions de personnes supplémentaires sont également confrontée à une grave insécurité alimentaire. Mais ces estimations ont été faites avant l’impact du COVID-19 dans une région qui connaît déjà une grave insécurité alimentaire.

« Nous pouvons et nous devons protéger les personnes vulnérables de l’impact des crises multiples – conflits, conditions météorologiques extrêmes, criquets pèlerins et COVID-19 – qui menacent de détériorer de façon dramatique leur sécurité alimentaire, » a déclaré Qu Dongyu. « Pour cela, nous devons intensifier nos efforts et mettre non seulement l’accent sur les moyens de lutter mais aussi aider les agriculteurs et les pasteurs à subvenir à leurs besoins et se sortir de cette situation. »

130 millions de dollars US pour lutter contre le criquet pèlerin en Afrique et au Yémen


Selon le rapport, depuis que la FAO a lancé son appel à lutter contre le criquet pèlerin, en janvier, 130 millions de dollars US ont été collectés. Toutefois, ces fonds ont surtout servi à lutter contre le criquet et il en faudrait bien plus pour aider les populations à subvenir à leurs besoins.

Alors que les opérations de surveillance et de lutte contre le criquet pèlerin sont menées par les gouvernements nationaux, la FAO fournit un soutien essentiel sous la forme de pesticides, de biopesticides, d’équipements, d’avion et de formations. À ce jour, cette année, plus de 365 000 hectares ont été traités dans les dix pays concernés par l’appel de la FAO.

Avec l’aide de la FAO, les gouvernements continuent d’intensifier leurs efforts pour lutter contre l’actuelle recrudescence de criquets, mais les conditions restent très favorables à leur reproduction et nécessiteront des efforts soutenus et couvrant une plus vaste zone géographique.

La version révisée de l’appel qui sera lancé dans les semaines à venir devrait également chercher des ressources pour l’Iran et le Pakistan, également confrontés à des invasions de criquets, et à intensifier les efforts de préparation dans la région du Sahel, qui pourrait également être touchée.  

(FAO/wi)

Plus d’informations :

Lien avec le rapport d’activité de la FAO (en anglais)

Lien avec l’Observatoire acridien de la FAO (en anglais)