Le fleuve Omo en Éthiopie. Le pays a déjà construit trois usines hydroélectriques (Gibe I à III), alimentées par deux barrages sur le fleuve Omo.
Photo: ©Shutterstock

Ressources en eau : désamorcer les conflits, promouvoir la coopération

Le projet DAFNE, financé par l'UE, a développé une méthodologie pour éviter les conflits d'usage dans les rivières transfrontalières. La procédure basée sur un modèle permet une planification participative et une gestion coopérative des ressources en eau. L'objectif est maintenant d'appliquer la méthodologie DAFNE dans d'autres régions du monde.

Les cours d'eau sont des éléments vitaux pour de nombreux pays. Ils créent des écosystèmes précieux, fournissent de l'eau potable aux populations et de l'eau brute pour l'agriculture et l'industrie. Dans les pays du Sud global en particulier, il existe une forte concurrence pour l'accès aux ressources en eau douce. L'utilisation croissante de l'hydroélectricité a récemment intensifié cette concurrence.

Le réseau d'interactions entre l'eau, l'énergie, l'alimentation et les écosystèmes - appelé par les expertes le water-energy-food (WEF) nexus - est souvent à l'origine de conflits de grande ampleur dans les bassins versants des cours d'eau transfrontaliers. Des projets de construction d'infrastructures à grande échelle, tels que des barrages et des systèmes d'irrigation, ont déjà provoqué des tensions politiques entre les États voisins.

Une équipe de recherche internationale dirigée par l'ETH Zurich en Suisse vient de mettre au point une boîte à outils stratégique qui peut aider à désamorcer ces conflits sur l'utilisation de l'eau, grâce à une analyse objective des intérêts des parties prenantes. Dans le cadre du projet européen Horizon 2020 DAFNE, 14 partenaires de recherche d'Europe et d'Afrique ont travaillé ensemble pour trouver des approches permettant une gestion plus équitable des ressources en eau.

« Nous voulions montrer comment il est possible de gérer durablement le lien entre l'eau, l'énergie, la nourriture et les écosystèmes, même dans les grands bassins fluviaux transfrontaliers avec un large éventail d'utilisateurs », explique Paolo Burlando, professeur d'hydrologie et de gestion des ressources en eau à l'ETH Zurich.

Intégrer et équilibrer les différents intérêts – Une approche holistique est nécessaire


S'il est désormais reconnu que la planification des bassins versants doit adopter une approche holistique qui respecte les besoins de toutes les parties prenantes, les problèmes de prise de décision multidimensionnels avec un nombre important de parties prenantes rendent difficile la négociation de solutions généralement acceptées.

« Les outils de planification conventionnels sont généralement dépassés par de tels défis », explique Paolo Burlando, qui dirige le consortium DAFNE depuis quatre ans. C'est pourquoi l'équipe du projet a mis au point une méthode novatrice pour cartographier et quantifier les compromis dans le lien avec le WEF nexus.

L'approche est basée sur les principes de la planification et de la gestion participative et intégrée des ressources en eau, qui met l'accent sur le rôle et les intérêts des parties prenantes. La méthodologie DAFNE est conçue pour engager les parties prenantes et trouver des compromis et des synergies dans une approche commune.

« La clé est de trouver des solutions qui profitent à tout le monde, qui tiennent compte de l'environnement et qui ont également un sens économique », explique Paolo Burlando.

Permettre le dialogue par le biais de modèles


DAFNE utilise des techniques de modélisation de pointe et des solutions numériques pour permettre une planification participative. Un outil de décision stratégique permet d'évaluer les conséquences sociales, économiques et environnementales des interventions selon une approche quantitative, permettant aux utilisateurs d'identifier des voies de développement viables. Les voies sélectionnées par les parties prenantes sont simulées en détail à l'aide d'un modèle hydrologique piloté par des scénarios climatiques à haute résolution, afin d'analyser avec précision l'impact sur les ressources en eau respectives. Des sous-modèles supplémentaires peuvent être utilisés pour modéliser d'autres aspects du lien. Enfin, un outil de visualisation permet d'illustrer les interrelations et d'évaluer les problèmes du point de vue de divers utilisateurs.

« Les modèles visent à faciliter la négociation continue entre les parties prenantes, ce qui est un élément clé de l'approche DAFNE », explique le scientifique principal Scott Sinclair, qui a co-développé l'approche de modélisation.

(ETH/wi)

Référence bibliographique : 
Zaniolo M, Giuliani M, Sinclair S, Burlando P, Castelletti A. When timing matters – misdesigned dam filling impacts hydropower sustainability. Nat Commun 12, 3056 (2021), doi: 10.1038/s41467-021-23323-5

Plus d’informations :
Site internet du projet DAFNE (en anglais) 

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings