Plus de 820 millions de personnes vivent dans l’insécurité alimentaire ; les scénarios les plus négatifs montrent que ce chiffre pourrait augmenter dans les décennies à venir.
Photo: ©StanislauV/Shutterstock

La croissance de la demande alimentaire met en péril l’ODD 2

La croissance future de la demande alimentaire va obliger à augmenter la production alimentaire avec tous les impacts que cela entraîne sur le changement d’utilisation des terres, la biodiversité et le changement climatique. Elle pourrait entraîner davantage de personnes vers l’insécurité alimentaire : la réalisation de l’ODD 2 (Faim Zéro) reste donc un défi majeur.

Selon une étude de l’Université de Wageningue publiée en juillet 2021, la demande alimentaire pourrait augmenter de 35 % à 56 % sur la période 2010-2050. Cette progression est notamment due à la croissance démographique, au développement économique, à l’urbanisation et à d’autres facteurs.

La fourchette est légèrement inférieure à celle mise en avant par les études précédentes qui indiquaient que la production alimentaire devrait doubler. Il n’empêche que la hausse prévue de la demande alimentaire pourrait avoir des impacts négatifs sur l’environnement et entraîner des pertes de biodiversité. Pour éviter de tels impacts, la hausse de la production alimentaire doit être accompagnée de politiques et d’investissements en faveur d’une intensification durable, de la réduction des pertes alimentaires et de la transition vers un régime alimentaire plus végétarien.

Aujourd’hui, plus de 820 millions de personnes à travers le monde ne mangent pas à leur faim, tandis que le changement climatique et la concurrence croissante pour l’accès aux terres et à l’eau font craindre pour l’équilibre futur entre demande et offre alimentaires.

Dans les scénarios les plus négatifs, la population souffrant de la faim pourrait augmenter de 8 % sur la période 2010-2050. Cela signifie que l’Objectif de développement durable (ODD) qui vise à éradiquer la faim et à garantir la sécurité alimentaire ne sera pas atteint. Pour éviter ce scénario, les chercheurs exhortent les décideurs politiques à travailler proactivement à l’élaboration de mesures à long terme adéquates, notamment en stimulant la croissance inclusive.

Même si l’offre alimentaire a fortement augmenté depuis les années 1960, trouver des solutions pour éradiquer la faim dans le monde (ODD 2) et nourrir une population mondiale croissante dans les années à venir reste un défi majeur. Le changement climatique et la concurrence accrue pour l’accès aux terres et à l’eau exacerbent le problème. Il est donc urgent de mettre en place des politiques efficaces pour garantir la sécurité alimentaire mondiale et de mieux comprendre les causes sous-jacentes de la faim dans le monde.

Les chercheurs expliquent qu’il faudrait étudier une gamme plus large de scénarios alimentaires futurs au lieu de se limiter à un choix binaire entre le statu quo et l’adoption universelle de l’agriculture bio ou de régimes alimentaires végans. Ils estiment, par-dessus tout, que nous devons envisager de multiples scénarios plausibles et évaluer leurs conséquences.

(Université de Wageningue/ile)

Pour en savoir plus, consultez le site internet de l’université de Wageningue (en anglais)

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings