Dans le projet Nyèsigi d’Helvetas, des hommes et des femmes sont formés à collecter des données météorologiques.
Photo: ©Fatoumata Coulibaly/Fairpicture.org

Helvetas : Faire face au changement climatique au Mali

Pluies irrégulières et diluviennes, pics extrêmes de température, vents violents chargés de poussière et sécheresse sont devenues plus fréquents au Mali, mettant à dure épreuve les agriculteurs. Helvetas accompagne les communautés à s’adapter aux perturbations du climat et augmenter la résilience de leurs moyens de subsistance.

« Auparavant, nous commencions à semer juste après les premières pluies. Aujourd'hui, nous savons que pour qu'une récolte soit réussie, le semis ne peut avoir lieu que lorsqu'au moins 30 millimètres de pluie sont tombés, afin que le sol soit suffisamment humide » résume Sidiki Coulibaly, producteur et collecteur de données météorologiques à M’Penesso, dans le sud du Mali.

Au Mali au cours des trente dernières années, les effets du changement climatique sont devenus de plus en plus évidents. Les précipitations se concentrent désormais sur une durée beaucoup plus courte et sont par conséquent extrêmement abondantes. Parfois les orages sont si violents qu’ils causent des inondations locales.

Les sécheresses, lorsqu'elles surviennent, sont aussi plus sévères. La surexploitation des terres aggrave la situation : les sols sont épuisés par les pratiques agricoles conventionnelles et sont incapables de retenir l’eau. Les producteurs sont donc tentés chaque année d’aller vers des nouvelles terres agricoles en coupant le peu de zone boisées qui reste, aggravant la désertification et l’insécurité alimentaire. Résultat : les familles, et surtout les jeunes, découragés partent à la recherche d'une meilleure chance ailleurs. 

L'organisation de développement suisse, Helvetas, a lancé en 2020 le projet Nyèsigi, qui signifie en bambara « Construisons notre avenir ». L'objectif du projet est de travailler avec les petits agriculteurs et l'organisation partenaire locale afin de renforcer la résilience des agriculteurs face au changement climatique, et ce à différents niveaux.

Des informations météorologiques et des techniques adaptées


L’évolution des conditions demande aux producteurs, aux éleveurs et à leurs familles de changer leur façon de travailler et d'établir un nouvel équilibre avec les écosystèmes dont dépend leur subsistance.

Il s’agit d’abord d’apprendre à planifier différemment les activités dans les champs, et pour cela il est essentiel l'accès à des informations ponctuelles et fiables sur les précipitations. A ces propos, des jeunes sont formés sur la collecte des données météorologiques à l’aide de smart phones. Ces données sont envoyées au service météorologique national pour analyse et pour l’élaboration de conseils agricoles qui sont ensuite partagés avec les paysans par téléphone et par radio, ou encore en assemblée villageoise.  

Les agriculteurs apprennent à appliquer des nouvelles techniques de production plus durable, mais ils redécouvrent aussi des pratiques traditionnelles pour réhabiliter les terres pauvres et préserver l’eau. Ils utilisent des semences adaptées rendues disponibles grâce à un réseau de producteurs au niveau local.

Ils sont également encouragés à tirer le meilleur parti des situations difficiles : par exemple, faire pousser du fourrage et même des cultures à cycle court dans la boue des champs inondés.  

Préserver les ressources et créer d’emploi dans les secteurs verts


L’impact du changement climatique sur la disponibilité et la qualité des ressources naturelles dont dépende la population du Mali met en péril la subsistance des ménages et risque d’alimenter de conflits notamment sur l’accès à l’eau et à la terre.

Préserver les ressources pour réduire la vulnérabilité de communautés et atténuer les émissions de gaz à effet de serre et l’un des défis les plus importants dans la lutte contre le changement climatique. Mais, en même temps, il représente une opportunité intéressante pour améliorer les revenus des femmes  et des jeunes et créer des emplois dans l’économie verte.

Le projet Nyèsigi travaille pour réhabiliter les barrages et augmenter la disponibilité d’eau au profit des agriculteurs, des éleveurs et des pécheurs. Il promeut aussi l’utilisation de technologies alternatives, comme les foyers et les fours améliorés qui utilisent moins de bois de cuissons et permet de sauvegarder les zones boisées. Cette innovation permet aux femmes de produire de poisson fumé de plus haute qualité, qui peut être conservé plus longtemps.

Grâce à une pêche plus abondante, facilitée par la présence d'eau dans les barrages, et à une meilleure technologie pour la conservation des poissons, les femmes peuvent améliorer leur commerce et gagner plus d’argent pour subvenir au besoin de la famille.

En outre, en collaboration avec les fournisseurs spécialisés, le projet forme et accompagne les jeunes dans la promotion d’équipements solaires, comme les pompes qui sont installées dans les périmètres maraîchers pour faciliter l’accès à l’eau, et augmenter la production.

Enfin, Helvetas accompagne les municipalités dans l’adaptation des activités prévue dans leurs plans de développement et dans la sensibilisation des communautés pour un changement de comportement. Le projet encourage les communes à investir les finances publiques dans des activités qui augmentent la résilience des communautés au changement climatique. 

(Helvetas/wi)

Pour en savoir plus :
Les projets de Helvetas au Mali 

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings