Vaccination Ebola dans l’est de la République démocratique du Congo en 2018.
Photo: ©WHO/Junior Kannah

Homologation du vaccin Ebola dans quatre pays africains

Une nouvelle étape a été franchie dans la lutte contre la maladie à virus Ebola, a déclaré le directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesu : quatre pays ont homologué le vaccin contre la maladie à virus Ebola, l’enregistrement du vaccin dans d’autres pays devrait suivre prochainement.

La République démocratique du Congo (RDC), le Burundi, le Ghana et la Zambie ont homologué un vaccin contre la maladie à virus Ebola, a annoncé l’Organisation mondiale de la Santé vers la mi-février, et ce 90 jours seulement après sa préqualification par l‘OMS (Rural 21 en avait parlé). II s'agit du processus de préqualification d’un vaccin le plus rapide jamais réalisé par l'OMS. L’enregistrement du vaccin dans d’autres pays est attendu dans les prochaines semaines. 

L’homologation du vaccin signifie que le fabricant peut constituer des stocks et distribuer largement ce vaccin dans les pays africains exposés au risque de flambées de maladie à virus Ebola. Une fois que les doses du vaccin homologué seront disponibles, l’utilisation du vaccin ne sera plus soumise à des essais cliniques ou à d’autres protocoles de recherche. 

Près de 300 000 personnes ont été vaccinées


Le vaccin injectable Ervebo est fabriqué par Merck (MSD en dehors des États-Unis et du Canada). Selon les résultats d’études préliminaires, il s’est révélé efficace à 97,5 pour cent. Selon l’OMS, les données laissent également penser que la vaccination de personnes déjà infectées par le virus permet de réduire le risque de décès. 

Dans le cadre de la riposte à la flambée de maladie à virus Ebola qui se poursuit en RDC, plus de 290 000 personnes ont été vaccinées conformément à des protocoles d’usage compassionnel. Une fois que les doses du vaccin homologué seront disponibles, l’utilisation du vaccin en RDC ne sera plus soumise à ces protocoles.

Le processus de préqualification a été accéléré grâce à l’adoption d’une approche différente


Cette accélération du processus a été possible grâce une approche différente, moyennant laquelle les procédures d’homologation nationales se sont déroulées parallèlement sur la base d’un processus unique d’examen scientifique.

Habituellement, ces processus se font indépendamment les uns des autres, ce qui peut prendre des années. Le processus a été mené par l’OMS avec la participation du Forum africain pour la réglementation des vaccins (un réseau africain réunissant des autorités nationales de réglementation et des comités d’éthique), l’Agence européenne des médicaments et la société Merck.  

(WHO/ile)

Davantage d’informations sont disponibles sur le site Internet de l’OMS