La malnutrition fait peser une lourde menace sur la vie des enfants ainsi que sur leur santé et leur développement à long terme.
Photo : ©Lucian Coman/Shutterstock

Appel urgent à lutter contre la malnutrition aiguë

La malnutrition aiguë menace la vie de millions d’enfants. Les organismes des Nations unies appellent d'urgence à une réponse concertée qui répondra aux besoins de cette crise alimentaire croissante, avant qu'il ne soit trop tard.

En janvier 2023, les organismes des Nations unies appellent à une action urgente pour protéger les enfants les plus vulnérables dans les 15 pays les plus durement touchés par une crise alimentaire et nutritionnelle sans précédent.

En raison des conflits, des chocs climatiques, des effets persistants de la pandémie de COVID-19 et de la hausse du coût de la vie, de plus en plus d’enfants souffrent de malnutrition aiguë, tandis que les services vitaux, tels que ceux de santé et de nutrition, sont de moins en moins accessibles. 

À l’heure actuelle, plus de 30 millions d’enfants souffrent d’émaciation – ou de malnutrition aiguë – dans les 15 pays les plus durement touchés par la crise alimentaire et nutritionnelle, et 8 millions d’entre eux présentent une émaciation sévère, la forme de dénutrition la plus meurtrière. Une lourde menace plane sur la vie de ces enfants ainsi que sur leur santé et leur développement à long terme, dont les effets se font ressentir aux niveaux individuel, communautaire et national.

Face à cette situation, cinq organismes des Nations unies – le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Programme alimentaire mondial (PAM) – appellent à une accélération de la mise en œuvre du Plan d’action mondial de lutte contre l’émaciation infantile (Global Action Plan on Child Wasting). Ce dernier a pour objectif de prévenir, de dépister et de prendre en charge la malnutrition aiguë chez les enfants des pays les plus touchés par cette pathologie, à savoir l’Afghanistan, le Burkina Faso, l’Éthiopie, Haïti, le Kenya, Madagascar, le Mali, le Niger, le Nigéria, la République démocratique du Congo, la Somalie, le Soudan, le Soudan du Sud, le Tchad et le Yémen.

Le Plan d’action mondial, qui répond à la nécessité d’une approche multisectorielle, met en lumière les interventions à mener en priorité dans le domaine de la nutrition maternelle et infantile par l’intermédiaire des systèmes alimentaires, de santé, d’approvisionnement en eau et d’assainissement, et de protection sociale. Face à l’augmentation des besoins, les organismes des Nations unies ont identifié cinq interventions prioritaires qui permettront de lutter contre la malnutrition aiguë dans les pays touchés par des conflits et des catastrophes naturelles, ainsi que dans les situations d’urgence humanitaire. Il s’agit d’un ensemble cohérent de mesures qu’il sera essentiel de déployer à grande échelle en vue de prévenir et de prendre en charge la malnutrition aiguë chez les enfants, et d’éviter ainsi de nombreuses morts tragiques.

(UNICEF/ile)

Plus d’informations sont disponibles sur le site internet de l’UNICEF

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Indiquez un nom valide

Une adresse e-mail valide est requise!

Indiquez une adresse email valide

Un commentaire est requis!

Google Captcha est obligatoire!

Vous avez atteint la limite de commentaires !

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire