Les petits producteurs africains utilisent la radio et leurs téléphones portables pour envoyer des messages aux dirigeants mondiaux participant au Sommet sur les systèmes alimentaires.
Photo : ©IFAD

Amplifier la voix des petits producteurs sur la scène mondiale

Une enquête menée auprès de petits agriculteurs de pays d'Afrique subsaharienne fait entendre leur voix au Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires. Ils envoient un message d'optimisme et de prudence.

Les petits producteurs en Afrique subsaharienne sont touchés de manière disproportionnée par les changements climatiques, la pauvreté et la sous-alimentation, mais nombre d'entre eux restent optimistes sur l'avenir de l'agriculture. C’est ce qu’indique une enquête conduite par Radios Rurales Internationales (RRI), le Fonds international de développement agricole (FIDA), Vision Mondiale Canada et le Groupe de réflexion canadien sur la sécurité alimentaire (Food Security Policy Group,FSPG), qui a été publiée en septembre 2021. 

Sur les milliers d'agriculteurs ayant participé à l'enquête menée dans quatre pays, les deux tiers pensent que leurs enfants peuvent réussir dans l'agriculture, même si beaucoup soulignent que les systèmes alimentaires devront changer pour leur assurer des revenus suffisants.

Les Dialogues à l’antenne : À l’écoute des populations rurales font la synthèse de données recueillies pendant trois semaines, en juin 2021, par six stations de radio dans quatre pays africains (Burkina Faso, Ghana, Tanzanie et Ouganda). Grâce à des émissions de radio interactives et à des sondages innovants sur téléphone portable, les agriculteurs ont pu exprimer directement leurs préoccupations et partager leurs propositions de solutions en matière de systèmes alimentaires mondiaux. Au total, 3 494 participants ont laissé 11 854 réponses et 2 648 messages audio.

« Les petits agriculteurs exploitant des parcelles de moins de deux hectares produisent plus de 30 % de la nourriture mondiale et pourtant, leur participation aux discussions et aux processus décisionnels mondiaux se heurte à des obstacles considérables », a déclaré Kevin Perkins, porte-parole de des RRI. « Ce rapport contribue à changer cet état de fait ».

Les personnes interrogées demandent un meilleur accès aux prêts et au crédit, aux intrants, à de meilleurs marchés et à davantage d'informations, ainsi qu'une meilleure formation aux techniques agricoles et à la gestion d'entreprise. Les agricultrices, en particulier, ont souligné que l'accès aux prêts, au crédit et au soutien financier était essentiel pour leur permettre de réussir.

Nombre de personnes interrogées ont fait part de leurs préoccupations concernant les effets des pesticides et des engrais chimiques sur la sécurité des aliments, et ont mis en avant les avantages des approches agro-écologiques et de la production alimentaire basée sur les systèmes agricoles locaux.

Plus de 90 % d’entre elles ont estimé qu’elles pouvaient faire quelque chose dans leur communauté pour faire face au changement climatique, moins d'une personne sur douze ayant déclaré que la seule façon de faire face au changement climatique était de quitter son domicile.

Par rapport aux hommes, les femmes se préoccupent davantage de l'apport nutritionnel du ménage, sont plus nombreuses à considérer les prêts et le crédit comme un facteur essentiel à la production agricole et dépendent plus fortement des réseaux informels tels que les amis et les voisins pour obtenir des informations.

(FIDA/ile)

Pour en savoir plus, consultez le site internet du FIDA à l’adresse

Lire le rapport, consulter les résultats et écouter ce que disent les petits producteurs 

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings