Cem Özdemir, ministre fédéral allemand de l’Alimentation et de l’Agriculture, à la Conférence des ministres de l’Agriculture, à Berlin.
Photo: ©bmel

14e Conférence des ministres de l’Agriculture – La sécurité alimentaire, c’est d’abord une question de sol

Quatre-vingt-dix pour cent de la production alimentaire dépend du sol. Toutefois, les sols sont de plus en plus souvent surexploités. Les ministres de l’Agriculture se sont mis d’accord sur des mesures à prendre pour améliorer l’utilisation et la gestion durables des sols.

Cette année, en janvier 2022, la Conférence des ministres de l’Agriculture organisée à l’occasion du Forum mondial pour l’alimentation et l’agriculture (GFFA) a mis l’accent sur le rôle des sols. Elle s’est à nouveau déroulée sous la forme d’une visioconférence. Un tiers des sols de la planète sont déjà dégradés et selon les experts de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’érosion des sols pourrait se solder par une réduction de dix pour cent de la production agricole d’ici à 2050.

« Nous insistons sur le fait qu’il faut disposer de sols sains pour relever les défis mondiaux de notre époque, notamment la production de quantités suffisantes d’aliments nutritifs et sains, l’adaptation au changement climatique et son atténuation, et l’arrêt et l’inversion le la perte de biodiversité, » ont déclaré les quelque 80 ministres de l’Agriculture et représentants de haut niveau d’organisations internationales dans leur communiqué final intitulé Sustainable Land Use: Food Security Starts with the Soil (utilisation durable des terres : la sécurité alimentaire c’est d’abord une question de sol).

La Conférence des ministres de l’Agriculture est parvenue à un accord commun sur la protection et la gestion durable de ressources en sol limitées à l’échelle mondiale. Il faut réduire la dégradation des sols et restaurer les sols dégradés. Les ministres de l’Agriculture ont également insisté sur le rôle que jouent les sols comme puits à carbone dans l’atténuation du changement climatique. Ils visent en outre à déterminer des règles d’accès équitable à la terre. 

Principaux accords atteints par la 14e Conférence des ministres de l’Agriculture à Berlin : 

  1. Protection des sols : la gestion du sol et des terres doit être durable et il faut réduire la pollution des sols. Il faut éviter toute dégradation supplémentaire des sols. Il faut renforcer les systèmes d’information sur les sols. Il faut appuyer les approches agro-écologiques et autres approches innovantes. Il faut mettre l’accent sur les conséquences positives de la gestion durable des pâturages sur la santé du sol. 
     
  2. Promotion de l’atténuation du changement climatique et de l’adaptation à ce phénomène : les sols sains contribuent à atténuer le changement climatique. Il faut promouvoir la préservation et la formation d’humus, par exemple en adoptant des pratiques agricoles qui séquestrent le carbone et améliorent la santé du sol. Il faut réduire les émissions de gaz à effet de serre produites par les sols tourbeux cultivés et drainés. Il faut améliorer l’adaptation des systèmes agricoles au changement climatique. 
     
  3. Préservation de la biodiversité des sols pour les maintenir en bonne santé : les participants ont l’intention de promouvoir plus activement la biodiversité des sols agricoles. L’agriculture biologique est considérée comme bénéfique à la biodiversité du sol. La gestion des nutriments, y compris en ce qui concerne l’application d’engrais, doit devenir plus durable et efficace. Les participants soutiennent l’utilisation responsable des pesticides et la gestion durable de la lutte intégrée contre les ennemis des cultures.
     
  4. Gestion durable des ressources en sol limitées de la planète : il faut protéger les terres agricoles. Il faut éviter toute dégradation des sols et des terres. Lorsque c’est possible, il faut restaurer les sols dégradés. Il faut réduire au minimum l’imperméabilisation des sols. L’objectif visant à stopper la déforestation et la dégradation des forêts et autres écosystèmes d’ici à 2030 est réaffirmé. Les participants disent leur intention de promouvoir la création de chaînes d’approvisionnement agricole durables.  
     
  5. Garantie d’un accès équitable aux terres agricoles : les ministres de l’Agriculture soulignent que l’application de règles pour l’acquisition et l’utilisation de terres a une importance majeure pour la préservation de la sécurité alimentaire. L’acquisition des terres doit être conforme aux droits humains et doit tenir compte des impacts sociaux et environnementaux. Les ministres de l’Agriculture appuient les directives volontaires pour une gouvernance responsables des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts, publiées par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale et encouragent leur application. Ils insistent tout particulièrement sur le fait que les femmes, les jeunes agriculteurs et les populations autochtones doivent avoir accès à la terre. 

Les ministres de l’Agriculture ont convenu d’examiner les progrès réalisés par rapport aux engagements pris dans ce communiqué lors du GFFA 2024.

(bmel/ile)

Pour en savoir plus et télécharger le communiqué final, consulter le site web du ministère fédéral de l’Alimentation et de l’Agriculture (bmel, en anglais)

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings