[Translate to Français:]

Petits exploitants pendant la récolte. Les NVD peuvent aider les petits agriculteurs à mieux résister aux chocs.
Photo: ©FAO/Luis Tato

Plus de résilience grâce à la conformité des marchés aux NVD

Ces dernières décennies, un nombre croissant de normes volontaires de durabilité (NVD) ont été élaborées en vue d’améliorer les moyens de subsistance des petits exploitants agricoles. Mais dans quelle mesure les programmes de certification contribuent-ils à renforcer leur résilience lors de l’actuelle pandémie de COVID-19 ?

Les normes de durabilité peuvent contribuer à renforcer la résilience des agriculteurs à la COVID-19. C’est ce qu’ont déclaré des chercheurs de l’Institut international du développement durable (IIDD) en avril 2021. Ils ont enquêté auprès de 57 acteurs des chaînes d’approvisionnement de six pays – Guatemala (bananes), Colombie (avocats), Guinée-Bissau (noix de cajou), Rwanda (café), Inde (coton), Cambodge (riz) – pour savoir comment les petits exploitants agricoles font face aux effets de la pandémie et si la certification les a aidés à s’adapter.

Les répondants — allant de producteurs et d’acheteurs à des investisseurs et des fonctionnaires de l’administration – ont cité quatre raisons pour lesquelles les normes volontaires de durabilité (NVD) ont aidé les petits exploitants agricoles à faire face aux interruptions des chaînes d’approvisionnement pendant la pandémie.

  1. Les produits conformes aux normes peuvent assurer de meilleurs revenus aux producteurs 
  2. Les marchés conformes aux NVD renforcent souvent les liens dans les chaînes d’approvisionnement  
  3. Le respect des normes peut accroître la clientèle des agriculteurs 
  4. Les producteurs certifiés ont plus facilement accès à l’éducation et à la formation 

Selon l’IIDD, il est ressorti des conversations avec des petits producteurs et d’autres acteurs des chaînes d’approvisionnement que les NVD peuvent aider les agriculteurs à traverser la tourmente, mais aussi qu’elles ont leurs limites. Ainsi, à elles seules, les NVD ne protègent pas totalement les agriculteurs de la volatilité des prix internationaux dont peuvent être victimes les marchés conformes aux normes tout autant que les marchés traditionnels. Ils dépendent également d’une demande suffisante en produits éco-responsables de la part des consommateurs. Par ailleurs, les NVD laissent peu de marge de négociation aux agriculteurs dans les chaînes d’approvisionnement qui sont favorables aux acheteurs.

Néanmoins, les gouvernements peuvent et doivent tirer parti des NVD et d’autres mesures pour améliorer la résilience des petits exploitants agricoles. L’IIDD recommande aux gouvernements de prendre les cinq mesures suivantes : 

  • encourager les consommateurs à choisir des produits éco-responsables par le biais d’incitations ou de charges fiscales ; 
  • mettre en place des cadres réglementaires visant à promouvoir les pratiques et l’approvisionnement durables en matière de produits agricoles ;
  • établir des liens entre les producteurs et des acteurs solidaires des chaînes d’approvisionnement susceptibles de leur assurer une formation et de leur offrir des filets de sécurité ; 
  • adapter et élargir les programmes de protection sociale de manière à aider les agriculteurs à surmonter les périodes de crise ; 
  • fixer des prix planchers pour assurer un salaire minimum aux agriculteurs. 

Selon les Nations unies, plus de 2 milliards de petits exploitants, travailleurs et membres de leurs familles sont touchés par la crise économique due à la COVID-19. Les petits exploitants agricoles sont un élément clé des systèmes de production mondiaux, mais ils sont moins susceptibles d’avoir accès aux ressources financières, environnementales et sociales nécessaires pour faire face aux crises économiques ou au recul de la demande. 

(IISD/ile)

Pour en savoir plus (en anglais), aller sur le site de l’IISD et télécharger le document Coping with COVID-19: Certification supports farmer resilience

Cookie settings