Rapport mondial des Nations unies sur la mise en valeur des ressources en eau 2022

La dépendance à l'égard des eaux souterraines devrait s'accroître, car les disponibilités en eaux de surface se raréfient sous l’effet des changements climatiques. Les eaux souterraines sont souvent le moyen le plus rentable de fournir un approvisionnement en eau fiable aux villages ruraux.

La dernière édition du Rapport mondial des Nations unies sur la mise en valeur des ressources en eau, intitulée « Eaux souterraines : rendre visible l’invisible », a été lancée par l'UNESCO au nom d'ONU-Eau lors du 9ème Forum mondial de l'eau en mars 2022.

Les eaux souterraines, qui constituent près de 99 % de toutes les réserves d’eau douce liquide sur Terre. Pourtant, cette ressource naturelle reste mal comprise et, par conséquent, est sous-évaluée, mal gérée, voire gaspillée. Alors que la consommation mondiale d'eau devrait augmenter d'environ 1 % par an au cours des 30 prochaines années, l’immense potentiel des eaux souterraines et la nécessité de les gérer durablement ne peuvent plus désormais être ignorés, indique le rapport. 

Les eaux souterraines fournissent actuellement la moitié du volume d’eau prélevé par la population mondiale à des fins domestiques. Elles fournissent également l’eau potable utilisée par la majeure partie de la population rurale, qui n’est pas approvisionnée par des systèmes publics ou privés. Environ 25 % des eaux souterraines sont prélevées pour l’irrigation. La qualité des eaux souterraines est généralement satisfaisante. Elles peuvent donc être utilisées en toute sécurité et à un coût raisonnable, puisqu’elles ne requièrent pas des niveaux de traitement avancés.
Certaines régions, telles que l’Afrique saharienne et le Moyen-Orient par exemple, détiennent des quantités importantes d’eaux souterraines non-renouvelables, qui peuvent être extraites afin de garantir la sécurité hydrique. Cependant, il faut tenir compte des générations futures et des aspects économiques, financiers et environnementaux que représente l’épuisement des réserves.

En Afrique subsaharienne, les possibilités qu’offrent les vastes aquifères restent largement sous-exploitées. Seulement 3 % des terres agricoles sont équipées pour l’irrigation, contre 59 % et 57 % en Amérique du Nord et en Asie du Sud respectivement, et seulement 5 % de cette superficie utilise des eaux souterraines.

Comme le souligne le rapport, cette faible utilisation n’est pas due à une absence d’eaux souterraines renouvelables (qui sont souvent abondantes), mais plutôt à un manque d’investissements dans les infrastructures, les institutions, les professionnels formés et le savoir sur cette ressource. La mise en valeur des eaux souterraines pourrait permettre d’enclencher une croissance économique, en augmentant l’étendue des zones irriguées et en améliorant de ce fait les rendements agricoles et la diversité des cultures.

Le rapport met en exergue trois aspects importants pour libérer tout le potentiel des eaux souterraines : la collecte de données, le renforcement des réglementations environnementales ainsi que le développement des ressources humaines, matérielles et financières.

(UN-Water/ile)

Pour en savoir plus, consultez le site internet des Nations unies consacré à l’eau

Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau 2022 : eaux souterraines : rendre visible l’invisible

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings