Selon des chercheurs, il semblerait que les plantes contrôlent la quantité de CO2 qu’elles libèrent dans l’atmosphère..
Photo: ISAAA

Les plantes peuvent prendre des « décisions secrètes » sur ce qu’elles doivent faire du carbone qu’elles stockent

Des chercheurs de l’université d’Australie occidentale ont découvert comment les plantes contrôlent la quantité de carbone photosynthétique qu’elles stockent pour renforcer la biomasse en utilisant un canal métabolique. C’est là une capacité relativement rare des plantes à briser les règles normales de la biochimie et qui peut potentiellement contribuer à atténuer le changement climatique.

Les chercheurs ont appelé « décisions secrètes » le processus jusque là inconnu que les plantes utilisent lorsqu’elles libèrent du carbone dans l’atmosphère. Lors d’études portant sur l’Arabidopsis thaliana (arabette des dames), les chercheurs ont constaté que cette plante contrôle la quantité de carbone photosynthétique qu’elle conserve pour renforcer la biomasse en utilisant un canal métabolique pendant la respiration.

Plus précisément, ce phénomène se produit juste avant que la plante brûle le composé pyruvate, les chercheurs ayant pu établir que la plante peut détecter la source du pyruvate et choisir de le libérer ou de le stocker. Selon les chercheurs, le pyruvate est le dernier point de la décision de la plante, soit de le brûler et de libérer du dioxyde de carbone, soit de l’utiliser pour fabriquer des phospholipides pour des huiles végétales, des acides aminés et d’autres produits de la biomasse.

Les chercheurs ont été très surpris par leur découverte dans la mesure où elle ne suit pas les règles types de la biochimie selon lesquelles chaque réaction est une compétition et les processus ne contrôlent pas où va le produit. Elle permet de comprendre comment les plantes stockent le dioxyde de carbone durant le processus métabolique et ouvre la voie à de futures recherches visant à créer des végétaux capables de stocker le carbone plus longtemps et, par conséquent, d’augmenter les chances d’atténuer les problèmes associés au changement climatique.

L’étude est publiée par Nature Plants en juin 2022.

(ISAAA/wi)

Référence

A. Harvey Millar et al.: Metabolic evidence for distinct pyruvate pools inside plant mitochondria; nature plants, June 2022. Site Internet Nature Plants

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings