Inégalités de répartition des terres et inégalités sociales

À l’échelle mondiale, la répartition des terres est bien plus inégale qu’on le supposait – et ce au détriment des petites exploitations, des communautés autochtones et, notamment, des femmes. Un récent rapport publié par la Coalition internationale pour l’accès à la terre (International Land Coalition) fait état de l’ampleur des inégalités, ainsi que des approches visant à plus de justice.

À l’échelle mondiale, la propriété foncière est dans les mains d’un nombre de plus en plus restreint de propriétaires, ce qui défavorise les petits exploitants, les populations autochtones et plus particulièrement les femmes dont les moyens d’existence dépendent de l’accès à la terre. C’est ce qui ressort du rapport Uneven Ground: Land Inequality at the Heart of Unequal Societies (inégalité de répartition des terres et inégalités sociales) publié par la Coalition internationale pour l’accès à la terre, fin novembre 2020. 

Ce rapport établit que les inégalités en matière de propriété foncière sont en augmentation depuis les années 1980. Aujourd’hui, les dix pour cent les plus riches de la population rurale contrôlent plus de 60 pour cent de la valeur totale des terres, alors que les 50 pour cent les plus pauvres n’en contrôlent que trois pour cent. C’est ainsi que l’inégalité d’accès à la terre menace environ 2,5 milliards de personnes dont les moyens d’existence dépendent de la petite agriculture, dont 1,4 milliards des personnes les plus pauvres du monde qui vivent essentiellement d’une activité agricole. 

L’intérêt croissant d’entrepreneurs et d’acteurs financiers pour l’investissement dans les terres agricoles, ce qui se traduit par une concentration accrue de la propriété et du contrôle des terres et par de moins en moins de transparence, est un des facteurs de cette tendance à la hausse de l’inégalité foncière.

Il ressort également du rapport que l’importance de cette inégalité était jusqu’à maintenant sous-estimée. « Dans le cadre de ce projet, une nouvelle méthode de mesure de l’inégalité foncière allant au-delà de la répartition des terres par superficies – obtenue par un recensement agricole traditionnel – a été mise au point, » a déclaré Ward Anseeuw, coauteur du rapport et coordonnateur de l’initiative lors de la présentation du rapport. Des informations telles que la valeur des terres, la multipropriété et la non-propriété foncière, ainsi que le contrôle qu’une personne ou une entité a sur les terres, ont également été prises en compte dans l’évaluation. 

Le rapport montre à quel point l’inégalité foncière est complexe et multidimensionnelle et à quel point elle est liée à d’autres formes d’inégalité et à de nombreuses crises mondiales. Il explique comment la concentration des terres dans les mains d’un petit nombre d’individus a progressé ces dernières décennies, présente les forces qui sont à l’œuvre derrière ce phénomène, et propose des mesures appropriées pour lutter efficacement contre l’inégalité foncière.

(landcoalition/sri)

L’International Land Coalition est un réseau de plus de 250 organisations mondiales qui font campagne pour renforcer les droits à la terre et soutiennent les femmes, les hommes et les communautés dont les moyens de subsistance dépendent de l’accès à la terre. 

Pour en savoir plus : www.landcoalition.org 

Télécharger le rapport 

 

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings