L’accès à l’eau potable est un besoin fondamental de première importance.
Photo: Helvetas

Helvetas à Madagascar : l’eau, source de vie

À Madagascar, l’ONG Helvetas encourage la population à participer aux décisions au sujet de l’eau et contribue à la sensibiliser aux questions d’hygiène. Les compagnies des eaux locales apprennent à impliquer et contrôler les fournisseurs privés dans le secteur de l’eau.

À Madagascar, de nombreux villageois s’approvisionnent en eau dans les rivières ou d’autres sources naturelles qui sont souvent contaminées dans la mesure où pratiquement tous les habitants défèquent en plein air. Il est rare que les ménages soient équipés de toilettes ou de salles de bains, d’où un taux élevé de mortalité des enfants. La situation sanitaire se reflète également dans la productivité de la population, ce qui a un impact négatif sur les revenus familiaux.

Pour améliorer cette situation déplorable, Helvetas Deutschland, une organisation pour le développement dont les racines sont en Suisse, collabore avec une organisation partenaire locale, SANTARA, pour améliorer les conditions de vie des groupes de population défavorisés dans les communautés rurales. Dans trois villages du nord de Madagascar (Ambohitrandriana, Maevatanana et Anjiabory), le personnel d’Helvetas et de SANTARA collaborent avec les habitants pour remettre en état la structure endommagée de deux centres de santé et trois écoles élémentaires.

Tous les robinets d’eau installés fourniront bientôt de l’eau potable grâce à l’utilisation de filtres de chloration appropriés. Par ailleurs, à Ambohitrandriana, le centre de santé est en cours d’électrification, si bien qu’il pourra être éclairé toute la nuit et que les médicaments pourront être réfrigérés.

Construction de latrines et autonomie communautaire

Pour compléter l’infrastructure hygiénique en dehors des centres de santé et des écoles élémentaires, des bénévoles communautaires suivent une formation leur permettant de travailler avec les familles des villages pour construire ce qu’on appelle des latrines « mourabas » avec des matériaux naturels. Les habitants des villages peuvent ainsi intégrer l’utilisation des latrines dans leur vie quotidienne, ce qui améliore considérablement la durabilité du projet.

Par ailleurs, les principes d’hygiène fondamentaux sont intégrés dans le programme scolaire des élèves pour qu’ils les transmettent aux autres membres du foyer.

Les femmes constituent le principal groupe cible du projet car ce sont essentiellement elles qui sont responsables de l’organisation des ménages, s’occupent de baigner les enfants et de faire la cuisine pour toute la famille. De plus, le projet encourage vivement les enseignants et le personnel médical des centres de santé à servir de modèles pour les slogans WASH et pour les diffuser. Ces groupes servent d’exemples et sont d’importants vulgarisateurs indispensables à la réussite du projet.

Des PPP pour l’entretien des installations sanitaires

Dans le cadre du projet, des partenariats public-privé avec les investisseurs assurent l’entretien des installations. Ils continueront d’assurer l’entretien après la fin du projet.

L’eau est source de vie. L’accès à l’eau potable et la possibilité d’avoir une hygiène personnelle suffisante amélioreront l’état de santé des habitants des communautés visées, ce qui aura par ailleurs une incidence positive sur leur situation économique et contribuera à réduire la mortalité des enfants.

Le projet est financé par la fondation W. P. Schmitz pour le compte du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ).

(Helvetas/wi)

 

Plus d’informations :

Site web de Helvetas Madagascar