Deux femmes de la région de Tillaberi, au Niger, abandonnées par leurs époux partis trouver une vie meilleure dans les pays côtiers voisins, travaillent dans leur champ pour accroître leurs revenus.
Photo: Arne Hoel/ World Bank

Financement de l'agriculture en Afrique de l'Ouest – défis et changement de paradigme

La relation de cause à effet entre l'augmentation des investissements agricoles, le développement de l'agriculture et le développement économique est une constatation incontestable des révolutions agricoles en Europe, en Amérique et dans diverses régions d'Asie. Passant en revue l'évolution du paradigme du financement agricole, cet article analyse les difficultés qui entravent le financement de l'agriculture en Afrique de l'Ouest.

Le financement constitue un enjeu crucial du développement agricole, un secteur dont les spécificités rendent son financement particulièrement difficile, coûteux et risqué. L'insuffisance des infrastructures qui pèse sur les coûts de transaction, les problèmes de covariance dus aux risques climatiques, aux risques de prix et de marché, mais aussi le manque d'expérience des banquiers pour évaluer la valeur des produits qu'on leur demande de financer, le faible niveau d'éducation des agriculteurs, ainsi que le problème des garanties sont autant d'obstacles auxquels les institutions bancaires doivent faire face.

Le problème du financement de l'agriculture 

L'offre de finance rurale qui intègre la finance agricole est souvent perçue comme plus difficile que l'offre de finance urbaine pour plusieurs raisons. Miller (2004) classe les contraintes de la finance rurale en contraintes de vulnérabilité, notamment les risques systémiques de marché et de crédit, en contraintes opérationnelles dues aux faibles retours sur investissement, aux faibles niveaux d'actifs et à la dispersion géographique, en contraintes de capacité, notamment la capacité infrastructurelle, la capacité technique, l'exclusion sociale et la capacité institutionnelle, et en contraintes politiques et réglementaires, telles que l'interférence politique et sociale et le cadre réglementaire.

Dans les zones rurales, les clients sont plus dispersés que dans les zones urbaines en raison de la plus faible densité de population. Les services financiers demandés sont de petits montants, de sorte que les coûts de transaction par unité sont élevés pour les institutions financières. Les infrastructures de transport et de communication étant généralement moins développées, les coûts d'information pour les prestataires et les utilisateurs sont plus élevés.

Les prêts agricoles sont également perçus comme plus risqués en raison des risques de production et de commercialisation. En outre, dans les zones rurales, les activités non agricoles sont invariablement liées aux activités agricoles, les ménages ruraux étant soumis à bon nombre des risques qui affectent le secteur agricole, ce qui crée une covariance dans les résultats. La concentration sur des activités similaires liées à l'agriculture dans de petites zones géographiques entraîne une forte covariance des revenus des ménages agricoles. Cette situation est aggravée par l'absence de mécanismes d'assurance formels pour atténuer ces risques. Les assurances informelles telles que la solidarité sont inadéquates pour gérer les risques systémiques découlant de la covariance des revenus. Par conséquent, les institutions financières locales sont vulnérables.

De plus, la faiblesse des ressources humaines combinée à l'absence de garanties appropriées complique le développement d'une offre de services de proximité et fragilise les transactions financières. En outre, en milieu rural, les prêts sont parfois confondus avec les subventions en raison du contexte institutionnel, notamment des pratiques des banques publiques de développement. Ces pratiques sont répandues en période électorale ou dans les positions populistes de certains gouvernements. Tous ces facteurs expliquent pourquoi de nombreuses banques commerciales préfèrent la tâche moins ardue de prêter aux secteurs de l'industrie et des services, ainsi qu'aux consommateurs urbains, plutôt qu'au secteur agricole avec ses multiples difficultés et incertitudes.

Hollinger (2012) indique que l'un des risques auxquels les institutions financières sont confrontées lorsqu'elles décident de financer l'agriculture est le phénomène d'asymétrie d'information développé par Akerlof (1970) qui peut exister entre le prêteur et l'emprunteur. Les informations détenues par le prêteur concernant les éléments spécifiques qui déterminent la faisabilité d'un investissement potentiel ou le contexte financier d'une exploitation agricole ne correspondent pas à celles de l'emprunteur. Le prêteur ne sait pas non plus si l'emprunteur utilisera les fonds conformément aux objectifs initialement fixés ou s'il a réellement l'intention de rembourser. Ce comportement est une caractéristique de l'opportunisme en milieu rural. Les problèmes d'information asymétrique, associés à des problèmes de contrôle et d'exécution, augmentent le risque d'aléa moral. Après avoir signé un contrat de prêt, l'emprunteur peut par la suite adopter un comportement préjudiciable aux intérêts du prêteur. 


Compte tenu de l'importance des risques liés à l'activité agricole, les banques sont peu impliquées dans le financement du secteur agricole. Sur la période 2013-2015, le secteur n'a reçu que 2,61 pour cent des crédits accordés à l'économie (BCEAO, 2015). Les crédits à la production sont principalement accordés aux agriculteurs industriels capables de produire des garanties, avec une priorité donnée aux cultures de rente, qui sont des filières organisées où les revenus de la production sont totalement contrôlés par un réseau de vente centralisé.

L'évolution du paradigme du financement agricole

Les quatre grandes périodes de l'histoire des politiques de financement agricole dans les pays en développement seront expliquées ci-dessous.

Les politiques de crédit agricole (avant les années 1970)

Depuis les indépendances, l'économie de l'Afrique de l'Ouest est essentiellement basée sur l'agriculture. Afin de répondre à la fois aux impératifs d'autosuffisance alimentaire et à ceux du marché international, qui devait fournir les devises nécessaires au développement, le secteur devait être modernisé. Mais en raison de la faible monétarisation de l'économie et de la pratique d'une agriculture de subsistance, la plupart des paysans n'avaient pas les moyens de financer des équipements et des intrants modernes. Les circuits bancaires étaient donc nécessaires pour jouer ce rôle. Or, les banques commerciales de l'époque préféraient intervenir dans l'économie marchande. C'est pourquoi des banques entièrement dédiées au secteur agricole ont été créées par les États dans la plupart des pays de la sous-région.

L'adoption de telles politiques de financement de l'agriculture s'inspire des théories économiques keynésiennes. Le sous-développement rural et agricole était analysé comme le résultat de l'incapacité des paysans pauvres à épargner et à investir ; le crédit était alors utilisé comme un levier nécessaire pour amorcer le « cercle vertueux » du développement. Le crédit public devait favoriser le changement technique, le financement de l'innovation et le développement de la production agricole. C'était aussi un moyen de réduire l'emprise des usuriers sur les économies rurales. Ainsi, des taux d'intérêt bas et bonifiés devaient stimuler la demande de crédit des populations rurales et l'utilisation des intrants, et soutenir le développement des exploitations agricoles.

Les gouvernements ne se sont pas préoccupés de la rentabilité de ces institutions financières. Face aux impayés, ces dernières ont géré des portefeuilles de mauvaise qualité qui ont mis en péril leur pérennité. En effet, de nombreux crédits agricoles ont été accordés dans le cadre de projets de développement mal conçus. En raison de ces mauvaises performances, tant en termes de clientèle que de viabilité de ces crédits orientés, la plupart de ces programmes de crédit ont été interrompus et plusieurs banques de développement rural ont fait faillite. Les mauvais résultats obtenus, combinés à l'échec des structures publiques impliquées et à la généralisation de la pensée économique libérale, ont conduit à l'abandon de cette approche (Lapenu, 2008).

Remise en cause des politiques de crédit agricole (1970–1980)

Les économistes néo-classiques ont remis en cause les politiques de crédit agricole basées sur les politiques keynésiennes, en soutenant que l'intervention de l'État, qui contrôle les taux d'intérêt et les maintient à des niveaux artificiellement bas, et le soutien apporté par les banques publiques aux entreprises publiques défaillantes limitaient le fonctionnement et l'efficacité du système financier. Ces pratiques contribuent à une faible mobilisation de l'épargne et à des prélèvements publics préjudiciables à l'investissement. Les difficultés rencontrées par les programmes de crédit agricole durant cette période renforcent cette critique théorique : les pertes liées aux prêts impayés sont considérables, de nombreuses institutions de crédit agricole sont en difficulté et l'ensemble du système financier est fortement dépendant de l'aide extérieure. 

Coffey (1998) affirme que cette politique s'est déroulée dans un environnement économique assez hostile marqué par des politiques d'aide alimentaire, des subventions à l'importation et des dégradations des termes de l'échange. À cela s'ajoute le manque d'infrastructures rurales et de fiabilité du système judiciaire. Il est difficile de développer des institutions financières rurales durables si la solvabilité et la capacité d'épargne des agriculteurs ne sont pas garanties.

Par ailleurs, le bilan des agences de développement fortement impliquées dans le financement agricole met en évidence l'impact mitigé de ces programmes de crédit. Les évaluations montrent que cette approche a aidé certains pays en développement à améliorer leurs rendements agricoles à court terme, mais elles mettent également en évidence les nombreux effets négatifs de ces programmes de crédit. Plus généralement, l'importance des volumes de financement déboursés ne se traduit pas par une augmentation significative et systématique de la productivité et des revenus agricoles. 

En outre, la capacité d'épargne des ménages ruraux n'a pas augmenté et les « cercles vertueux » espérés de l'investissement privé restent virtuels. Dans de nombreux cas, les établissements publics de crédit agricole ont compromis le développement des institutions financières privées. Le secteur informel que ces politiques visent à réduire reste très actif. Les institutions publiques créées pour diffuser le crédit dans les économies rurales se révèlent peu efficaces. Les capitaux mobilisés n'atteignent qu'une partie des exploitations, les institutions sont mal gérées et entraînent des pertes et des détournements de fonds, les taux de remboursement sont faibles et la mobilisation de l'épargne est peu prise en compte. Tout cela compromet la viabilité des institutions financières, tout comme l'utilisation politique qui en est souvent faite. En somme, les bénéfices obtenus sont largement en deçà des objectifs d'augmentation des revenus ruraux, de formation d'actifs et de réduction de la pauvreté rurale, entre autres.

Au début des années 80, les politiques de financement vont changer en raison de la crise de la dette des pays en développement. Afin de surmonter les difficultés, il est recommandé de lever toutes les contraintes limitant le développement des marchés financiers. En Afrique de l'Ouest, cette libéralisation s'est traduite par la restructuration et la réorganisation du secteur bancaire (privatisation, liquidation ou restructuration des banques publiques, rationalisation des politiques de taux d'intérêt, dévaluation du franc CFA, intégration financière régionale, etc.), l'introduction de nouvelles réglementations et l'émergence d'innovations institutionnelles dans le domaine du financement décentralisé.

L'émergence des marchés financiers ruraux (début des années 1990)

Avec la montée en puissance des théories libérales, et notamment des théories de la libéralisation financière, l'intervention publique dans la promotion de l'accès aux services financiers pour les populations qui en sont exclues a été fortement critiquée. L'incapacité de la logique interventionniste à prendre en compte les réalités, son coût et enfin son inefficacité face aux besoins réels ont été largement critiqués. La tendance à la régulation par le marché jugé être un meilleur vecteur de justice sociale que l'action publique s'est donc naturellement imposée. Le crédit étant une opération financière qui répond à des exigences bancaires, iI doit être remboursé et le risque couvert par des garanties matérielles : bâtiments, équipements, titres de propriété, stocks, troupeaux, etc. Le taux d'intérêt doit au moins couvrir les frais de gestion et les risques et, si possible, dégager un bénéfice. L'objectif n'est plus de promouvoir le crédit sectoriel, mais de favoriser le développement et la fluidité d'un marché de capitaux ruraux dans lequel le « crédit rural » n'est qu’un instrument financier parmi d'autres, constituant un système d'intermédiation financière globale moins contraint, durable, plus développé, reliant les ménages à la sphère macroéconomique. 

Ce nouveau paradigme, bien que fondé sur les besoins des agriculteurs, se concentre sur l'amélioration de l'offre de services financiers, en utilisant les principes du marché financier pour fournir non seulement du crédit mais aussi d'autres services financiers au monde rural. Le système favorise l'intermédiation financière, ce qui améliore la mise à disposition de ressources aux investisseurs via l'épargne collectée. Il n'y a donc plus de crédits spécifiques destinés aux pauvres ni de prêts à taux bonifiés. Le taux d'intérêt servi sur les opérations financières relève désormais de la confrontation de l'offre et de la demande du marché. 

Ce paradigme est considéré comme un moyen de permettre un développement et une intégration plus efficaces du marché financier plutôt que des politiques de segmentation du marché. L'efficacité des marchés financiers garantit la disponibilité et la productivité des facteurs de production, tout en favorisant l'allocation intertemporelle des ressources et la gestion des risques. Ainsi, pour les adeptes de cette école, le développement financier favorise le développement économique, et non l'interventionnisme de l'État dans la sphère financière.

Selon la théorie économique néoclassique qui sous-tend cette approche, pour que le marché fonctionne efficacement, le prix doit pouvoir varier en fonction de l'offre et de la demande. C'est pourquoi les taux d'intérêt doivent être libéralisés. Par ailleurs, on affirme que le libre fonctionnement du marché favorisera l'allocation des ressources financières aux agents et aux activités les mieux à même de les rentabiliser. C'est l'allocation optimale de la ressource.

Le passage du crédit agricole aux marchés financiers ruraux a conduit à une raréfaction de l'offre de financement agricole. Les organisations de producteurs agricoles qui se développent dans de nombreux pays d'Afrique de l'Ouest sont confrontées avec acuité à ce paradoxe. Elles sont sollicitées par leurs membres pour répondre à leurs besoins de financement. 

L'intégration au marché financier rural prédite par la théorie peine à se réaliser et le partenariat entre les secteurs agricole et financier est loin d'être spontané. Dans le même temps, l'agriculture rentable dans des filières structurées fait apparaître des besoins financiers que la microfinance n'est pas en mesure de satisfaire. Il s'agit notamment d'investissements dans des équipements agricoles lourds nécessitant des prêts importants à moyen ou long terme. En conséquence, ces réformes n'ont pas produit les résultats escomptés, notamment l'augmentation substantielle de la croissance agricole pour réduire la pauvreté rurale. 

Le secteur privé ne s'est pas installé dans les espaces vacants laissés par l'État, et les marchés agricoles ne se sont pas développés comme prévu par les mesures de stabilisation macroéconomique et d'ajustement structurel mises en place. Retour sur l'intervention publique de l'État dans l'agriculture (à partir des années 1990).

Dans ce paysage de plus en plus complexe du financement de l'agriculture, les déclarations de Maputo en 2003 et de Malabo en 2014 à l’issue des conférences sur le financement de l’agriculture ont ouvert la voie à l'appel au secteur public pour construire des stratégies efficaces de financement de l'agriculture. Dans l'ensemble, des études récentes montrent une augmentation globale des montants mobilisés pour l'agriculture en Afrique de l'Ouest. Cette augmentation n'est pas attribuable à un seul groupe d'acteurs, mais résulte d'un effort conjoint des gouvernements, des bailleurs de fonds et du secteur privé. 

Les engagements pris par les gouvernements africains concernent des mesures législatives et fiscales qui soient favorables au secteur privé et visent à améliorer l'environnement des affaires, ainsi que la construction d'infrastructures communautaires pour améliorer l'accès au marché, le stockage et la valorisation de la production agricole, plutôt que des dépenses publiques en faveur l'agriculture. 

Le paysage institutionnel du financement a également connu des changements qui se traduisent par une évolution des instruments utilisés et une orientation croissante des fonds publics pour attirer des investissements privés. Ainsi, les États africains et les donateurs se sont progressivement impliqués dans des instruments financiers tels que les fonds de garantie, les fonds d'investissement, l'intégration bancaire dans les chaînes de valeur agricoles et la création de sociétés d'ingénierie agricole.

Sur la bonne voie ?

Les investissements publics dans l'agriculture sont nécessaires pour fournir les biens publics susceptibles de renforcer le dynamisme du secteur agricole. Syed et Miyazako (2013) montrent que l'investissement dans les biens publics a un rendement beaucoup plus élevé que les autres dépenses. Jacquet et Guillermo (1988) affirment que dans la plupart des régions où la production agricole est efficace et mieux développée, les niveaux d'intensité du capital et des intrants sont plus élevés. Ils sont soutenus par Hoff et Stiglitz (2002), qui affirment que dans la recherche de la meilleure productivité, l'accumulation de capital devient indispensable. 

Les individus ayant peu ou pas d'actifs seront relativement peu productifs par rapport à ce qu'ils produiraient si une plus grande richesse leur permettait de travailler dans des conditions plus stimulantes. Ces auteurs soutiennent que l'intensification de l'agriculture par le capital est plus adaptée à l'augmentation de la productivité. Par conséquent, l'intervention de l'État sous forme d’allocations de fonds suffisantes au secteur agricole pour réduire la pauvreté semble être la bonne voie.

Ollo Dah est enseignant-chercheur dans le département de sciences économiques de l’université Norbert Zongo, Koudougou, au Burkina Faso. 

Toussaint Boubié Bassolet est maître de conférences à l’université Thomas Sankara de Ouagadougou, au Burkina Faso 
Contact

References

Ali, I., & Pernia, E. M. (2003). Infrastructure and Poverty Reduction - What is the Connection? Manila: Asian Development Bank, ERD Policy Brief No. 13.Coffey, E. (1998). Agricultural finance: getting the policies right. FAO, GTZ.

Auger, G. (2017). Etat des lieux du financement agricole au Burkina Faso. Québec: Développement International Desjardins.

BCEAO. (2015). Rapport annuel. Dakar .

Brondeau, F. (2011). Agro-business et développement dans la région de l’Office du Niger [Agribusiness and development in the region of the Office du Niger. Insaniyat, 119-134.

Coffey, E. (1998). Agricultural finance: getting the policies right. FAO, GTZ.

Conning, J., & Kevane, M. (2004). “Why isn't there more Financial Intermediation in Developing Countries, in Insurance against Poverty, S. Dercon (ed), Oxford University Press,2004.

Dah, O. B. (2021). Agricultural infrastructure public financing towards rural poverty alleviation: evidence from West African Economic and Monetary Union (WAEMU) States . SN Business and Economics, Vol.1(No.2).

Doligez, F., & Gentil, D. (2000). Financement de l'agriculture. Partie 332 du Mémento de l’Agronome. Paris: IRAM.

Dorin, B. (2014). Dynamiques agricoles en Afrique subsaharienne : une perspective à 2050 des défis de la transformation structurelle. New Delhi : Centre de Sciences Humaines, CIRAD.

Dorward, A., Kydd, J., & Poulton, C. (2005). Beyond liberalisation: developmental coordination policies for African smallholder agriculture. IDS Bulletin, 36(2), PP. 80-85.

Ducastel, A., & Anseeuw, W. (2017). Financer le développement agricole en Afrique du Sud : d’un État-banquier à un État-investisseur ? Mondes en développement, 178(2).

Fouillet, C. (2007). L'analyse spatiale du financement de l'agriculture et de la microfinance : le cas de l'Inde. Séville: FARM.

Fouquet, B. (2014). Pour un développement du crédit à l’agriculture: l’option du mutualisme. FARM.

Gabas, J., Ribier, V., Varlet, F., & Brochard, V. (2015). Etude sur le financement du développement agricole en Afrique de l’ouest. Nogent-sur-Marne: CIRAD.

Gonzalez-Vega, C. (2003). Deepening Rural Financial Markets: Macroeconomic Policy and Political Dimensions. Lead Theme Paper at Paving the Way Forward for Rural Finance: An International Conference on Best Practices. Washington.

Gurley, J., & Shaw, E. (1967). Financial Structures and Economic Development. Economic Development and Cultural Change, 4(3), 257-268.

Hoff, K., & Stiglitz, J. E. (2002). La théorie économique actuelle et le développement In : MEIER, G. M. & STIGLITZ, J. E., Aux frontières de l’économie du développement, (eds). Banque Mondiale, Eska, pp. 321 – 377.

Hollinger. (2012). Financement des investissements agricoles à terme. Rome: FAO.

Hugon, P. (1996). Incertitude, précarité et financement local: le cas des économies africaines . Revue Tiers Monde, 14-40.

Jacquet, F., & Guillermo, F. (1998). Intensification et efficacité en agriculture. In : Economie Rurale.

Jessop, R., Diallo, B., Duursma, M., Mellek, A., & Harms, J. (2012). Assurer l’accès à la fi nance agricole : Conclusions d’une étude horizontale couvrant le Cambodge, le Mali, le Sénégal, la Tanzanie, la Thaïlande et la Tunisie. Agence Francaise de Développement. A savoir.

Lapenu, C. (2008). Evolutions récentes dans l’offre et les stratégies de financement de l’agriculture: Echanges d’expériences et synthèse bibliographique. Paris: CERISE.

McKinnon, R. I. (1973). Money and Capital in Economic Development. Washington: The Brookings Institution, DC.

Miller, C. (2004). Twelve Key Challenges in Rural Finance. Washington: SEEP.

Morvant-Roux, S., Guérin, I., Roesch, M., & Servet, J. M. (2010). Politiques d’inclusion financière, microfinance et financement de l’agriculture: Les cas de l’Inde et du Mexique. Mondes en développement, 3(151), 9-24.

Norton, R. D. (2005). Politiques de développement agricole ; Concepts et expériences, Renforcement des capacités en politique agricoles et alimentaires. Rome: Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, n°2.

Prawesti, P. A., & Hermawan, R. (2017). Infrastructural development and poverty reduction in Java, Indonesia 2002-2012. Journal of Public Administration Studies, 1(3), PP: 71-79.

Ribier, V., & Gabas, J.-J. (2016). Vers une accentuation des disparités dans le financement de l’agriculture en Afrique de l’Ouest ? Cahiers agricultures .

Syed, S., & Miyazako, M. (2013). Promoting investment in agriculture for increased Production and Productivity. Rome: FAO.

UEMOA. (2000). Etude sur le financement des filières agricoles dans les pays membres de l'UEMOA.

United Nations. (2019). World Population Prospects 2019. New York: Department of Economic and Social Affairs.

Wampfler, B. (2004). Les conventions de microfinance, un outil de développement socialement durable ? Une approche institutionnaliste. Versailles: Université de Versailles Saint Quentin en Yveline .

Wampfler, B., Doligez, F., & Lapenu, C. (2010). Organisations professionnelles agricoles et institutions financières rurales: Construire une nouvelle alliance au service de l’agriculture familiale. Les cahiers de l’IRC.

Wampfler, B., & Lapenu, C. (2002). Le financement de l’agriculture familiale dans le contexte de la libéralisation. Quelle contribution de la microfinance ? . Dakar: CIRAD/CERISE Séminaire International .

Wampfler, B., Doligez, F., & Lapenu, C. (2010). Organisations professionnelles agricoles et institutions financières rurales: Construire une nouvelle alliance au service de l’agriculture familiale. Montpellier: Institut des Régions Chaudes.

Yaron, J. (1996). Rural finance in developing countries .

Yaron, J., Benjamin, M., & Gerda, P. (1996). Rural finance, Issues Design and Best Practices. Washington: World Bank.

Zonon, A., & Kazianga, H. (2002). Problématique de financement du secteur agricole pour un développement durable. Ouagadougou : Comité Permanent Inter-Etats de Lutte Contre la Sécheresse dans le Sahel

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings