La situation des marchés des produits agricoles 2020

Selon ce rapport, les exportations des pays émergents et en développement sont en hausse. Des efforts accrus sont nécessaires pour inclure les petits exploitants agricoles dans les chaînes de valeur alimentaires modernes afin d'augmenter leurs revenus.

Selon le rapport La situation des marchés des produits agricoles 2020 (SOCO 2020) publié en septembre 2020 par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, le commerce mondial des produits alimentaires et agricoles a plus que doublé au cours des deux dernières décennies pour atteindre 1 500 milliards de dollars en 2018.  

Néanmoins, la crise financière de 2008 et le ralentissement économique qui en a résulté ont bloqué l'évolution des chaînes de valeur mondiales de l'agroalimentaire, et la pandémie de COVID-19 pourrait perturber encore plus leur potentiel en matière de commerce et de croissance au niveau mondial.

Les exportations des pays en développement augmentent 


Selon ce rapport, les exportations des pays émergents et en développement augmentent et représentent plus d’un tiers du total mondial. 

Les pays d'Europe et d'Asie centrale, d'Asie de l'Est et du Pacifique ont tendance à échanger au sein des mêmes régions. Les pays d'Asie du Sud, d'Amérique latine et des Caraïbes, d'Afrique subsaharienne, d'Amérique du Nord, du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord échangent davantage à l'échelle mondiale. Environ 90 pour cent des exportations de produits agricoles en provenance de l'Afrique subsaharienne, de l'Amérique latine et des Caraïbes sont destinées à d'autres régions.

Les auteurs indiquent que le commerce mondial et le bon fonctionnement des marchés sont indispensables au processus de développement car ils peuvent stimuler une croissance économique et un développement durable au service de tous et renforcer la résilience face aux chocs.

Les chaînes de valeur agroalimentaires mondiales pourraient augmenter les revenus


Le rapport estime qu'un tiers des exportations mondiales de produits agricoles et alimentaires est échangé au moins deux fois au sein de la chaîne de valeur mondiale et de part et d'autre des frontières.

L'essor des chaînes de valeur mondiales est favorisé par l'augmentation des revenus, la diminution des obstacles au commerce et les progrès technologiques qui ont transformé les processus liés aux marchés et au commerce, en établissant des liens entre les agriculteurs, les commerçants et les consommateurs de divers pays et régions. 

Les petits agriculteurs peuvent accroître leur production alimentaire et leurs revenus en participant aux chaînes de valeur mondiales. Le rapport indique par ailleurs qu'en moyenne et sur le court terme, une augmentation de 10 pour cent de la participation du secteur de l'agriculture aux chaînes de valeur mondiales pourrait entraîner un accroissement de la productivité de la main-d'œuvre de 1,2 pour cent environ.

Cependant, les petits agriculteurs ne tirent pas toujours parti des avantages des chaînes de valeur mondiales. En outre, l'émergence des chaînes de valeur mondiales, du fait des exigences rigoureuses en termes de qualité et de sécurité sanitaire des aliments, pourrait marginaliser davantage les petits agriculteurs.

«Nous devons redoubler d'efforts pour inclure les petits agriculteurs dans les chaînes de valeur modernes, afin de garantir les revenus et la sécurité alimentaire des zones rurales et urbaines», a indiqué QU Dongyu, directeur général de la FAO.

Les marchés agricoles et alimentaires pourraient favoriser le développement durable 


Le rapport plaide en faveur du rôle que les marchés agroalimentaires peuvent jouer afin de favoriser le développement durable. Il indique que la promotion et l'application à plus grande échelle des systèmes de certification volontaire qui garantissent la durabilité et des normes sur l'agriculture, par exemple, peuvent permettre de trouver des compromis entre les objectifs économiques, environnementaux et sociaux.

Les systèmes de certification de la durabilité peuvent permettre de promouvoir le commerce équitable, l'inclusion, l'absence de discrimination et les pratiques agricoles respectueuses de l'environnement. Ces systèmes de certification peuvent également permettre d'assurer la sécurité au travail, d'interdire le travail des enfants et d'encourager les investissements.

Selon des données concernant les petits producteurs de café en Ouganda, par exemple, les familles ayant obtenu la certification de durabilité consacrent 146 pour cent de plus de leurs revenus à l'éducation de leurs enfants et les scolarisent plus longtemps que les familles qui ne sont pas certifiées.

(FAO/ile)

Pour en savoir plus, consulter le site de la FAO et télécharger le rapport La situation des marchés des produits agricoles 2020 (SOCO 2020)
 

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Google Captcha est obligatoire!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings