Rapport 2020 sur l'écart entre les besoins et les perspectives en matière d’adaptation

Il existe des plans d'adaptation aux changements climatiques dans près des trois quarts des nations, mais le financement et la mise en œuvre sont loin d'être suffisants, selon ce rapport. Des solutions fondées sur la nature pourraient aider à résoudre ces problèmes.

Le rapport 2020 du PNUE sur les lacunes en matière d’adaptation aux changements climatiques constate que si les nations ont progressé dans leur planification, d’énormes manquements subsistent en matière de financement pour les pays en développement et faire en sorte que les projets d’adaptation aux changements climatiques apportent une réelle protection contre les conséquences des changements climatiques telles que les sécheresses, les inondations et l'élévation du niveau de la mer. Le rapport a été publié en janvier 2021 par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).

72 pour cent des pays ont adopté au moins un instrument de planification des activités d’adaptation aux changements climatiques au plan national. La plupart des pays en développement préparent des plans d'adaptation aux changements climatiques nationaux. Toutefois, les fonds nécessaires à la mise en œuvre de ces plans n’augmentent pas assez rapidement.

Les coûts d’adaptation sont immenses – et ils augmentent


Le rythme du financement de l'adaptation augmente effectivement, mais il continue à être dépassé par l'augmentation rapide des coûts d'adaptation. Les coûts annuels de l'adaptation dans les pays en développement sont estimés à 70 milliards de dollars. Ce chiffre devrait atteindre 140 à 300 milliards de dollars en 2030 et 280 à 500 milliards de dollars en 2050.

La mise en œuvre de mesures d’adaptation aux changements climatiques se développe également. Depuis 2006 : près de 400 projets d'adaptation aux changements climatiques financés par des fonds multilatéraux au service de l'accord de Paris ont été mis en œuvre dans les pays en développement. Alors que les projets antérieurs dépassaient rarement 10 millions de dollars des États-Unis, 21 nouveaux projets depuis 2017 ont atteint une valeur de plus de 25 millions de dollars. Toutefois, sur plus de 1 700 initiatives d'adaptation étudiées, seuls 3 pour cent avaient déjà fait état de réductions réelles des risques climatiques encourus par les communautés dans lesquelles les projets étaient mis en œuvre.

Priorité aux solutions basées sur la nature


Le rapport met l'accent sur les solutions basées sur la nature en tant qu'options peu coûteuses pour réduire les risques climatiques, restaurer et protéger la biodiversité et apporter des avantages aux communautés et aux économies.

Une analyse de quatre grands fonds pour le climat et le développement : le Fonds pour l'environnement mondial, le Fonds mondial pour la nature, le Fonds d'adaptation et l'Initiative internationale sur le climat, suggère que le soutien aux initiatives vertes comportant un élément de solutions basées sur la nature a augmenté au cours des deux dernières décennies. 

L'investissement cumulé pour les projets d'atténuation et d'adaptation au changement climatique dans le cadre des quatre fonds s'est élevé à 94 milliards de dollars. Cependant, seuls 12 milliards de dollars des États-Unis ont été dépensés pour des solutions basées sur la nature, ce qui ne représente qu'une infime partie du financement total pour l'adaptation et la conservation.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre pour diminuer les coûts


Selon le rapport, la réduction des émissions de gaz à effet de serre permettra de diminuer les conséquences et les coûts liés aux changements climatiques. Atteindre l'objectif de 2°C de l'Accord de Paris pourrait limiter les pertes de croissance annuelle jusqu'à 1,6 pour cent, contre 2,2 pour cent pour la trajectoire de 3°C.

En outre, le rapport incite à une reprise verte à la suite de la pandémie et à une mise à jour des contributions nationales déterminées au niveau national (CDN) qui incluent de nouveaux engagements à zéro émissions nettes. Cependant, le monde doit également planifier, financer et mettre en œuvre l'adaptation aux changements climatiques pour soutenir les nations les moins responsables des changements climatiques mais les plus menacées.

(PNUE/ile)

Pour en savoir plus et télécharger le Rapport 2020 sur l'écart entre les besoins et les perspectives en matière d’adaptation, allez sur le site internet du PNUE 

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings