Dans le cadre du Défi de Bonn (Bonn Challenge) et d’autres initiatives, des pays se sont engagés à restaurer les forêts. L’automne dans le Parc national d’Erawan, en Thaïlande. ©Shutterstock

Planter des arbres pour sauver la planète

La plantation d'arbres et son rôle dans le maintien et la restauration des écosystèmes ont été examinés lors d'un forum numérique du CIFOR qui s'est tenu en début du mois d’octobre. Des représentants d'un large éventail de domaines, dont ceux des affaires, de la finance, de la technologie et de la conservation, ont participé à cet événement.

Avec la diminution spectaculaire de populations florales et fauniques, un million d'espèces végétales et animales en voie de disparition et la dégradation d'une grande partie de la surface terrestre, la plantation d'arbres est devenue une option populaire pour sauver les habitats et préserver le bien-être de l'homme. Environ 11 pour cent de l'ensemble des terres pourraient accueillir de nouvelles forêts sans empiéter sur les terres cultivées ou les zones urbaines. 

Dans le cadre du Défi de Bonn et d'autres initiatives internationales, certains pays se sont engagés à restaurer les forêts et à augmenter la couverture forestière. Mais la plantation d'arbres ne doit pas endommager les écosystèmes existants et doit contribuer à la réalisation des objectifs en matière de climat, de biodiversité et de développement durable. Pour donner une idée de la manière dont la plantation et la culture d’arbres peuvent vraiment être efficaces et permettre d'atteindre les objectifs fixés au niveau international, le Digital Forum: Can tree planting save the planet? (Forum numérique : la plantation d'arbres peut-elle sauver la planète ?) a examiné des aspects allant du financement aux nouvelles technologies et a fait un bilan de l’expérience accumulée à ce jour. C’est également à l’occasion de cette réunion qu’a été lancée l’initiative Resilient Landscapes (paysages résilients).

Cette initiative est le résultat de la récente fusion du Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR), qui a organisé le Forum numérique, et du Centre international de la recherche en agroforesterie (ICRAF). Elle vise à faciliter l'investissement privé dans des solutions fondées sur la nature, en abordant des domaines tels que la revitalisation des fonctions des écosystèmes dégradés, l'intégration de la biodiversité dans la planification nationale et le soutien aux gouvernements et au secteur privé dans la transition vers des économies durables. S'exprimant lors du Forum numérique, Howard Shapiro, conseiller principal de Resilient Landscapes pour le secteur privé, a souligné le rôle des arbres dans le maintien de paysages résilients, faisant référence au rôle crucial qu’ils jouent dans le recyclage des eaux souterraines, mais notant également leur importance dans des domaines tels que la justice sociale.

Financement de la plantation des arbres 


Diverses initiatives ont été mises en place pour soutenir le financement de la plantation d'arbres. En 2010, Tanja Havemann a créé Clarmondial à Zurich, en Suisse, pour faciliter les investissements liés à l'amélioration de l'efficacité des ressources naturelles. Lors du Forum, madame Havemann a pris la parole pour évoquer plusieurs aspects à prendre en compte dans le financement, notamment la gouvernance des fonds et le rendement pour les investisseurs, mais aussi les avantages environnementaux et sociaux et le fait que les organisations non gouvernementales n'ont souvent pas l'habitude d'être des homologues dans les programmes d'investissement. 

Freetown, la Treetown (ville aux arbres)


Yvonne Aki Sawyerr, maire de Freetown, la capitale de la Sierra Leone, depuis 2018, s'est engagée à prendre diverses mesures pour transformer sa ville dans des domaines allant de la gestion des déchets et du logement à la planification urbaine, en passant par la lutte contre la dégradation de l'environnement et la création d'emplois dans le secteur du tourisme. « Nous voyons la plantation d’arbres avec pragmatisme », a déclaré madame Sawyerr lors du Forum.  « La plantation d'arbres est un outil très important pour relever des défis qui sont désormais mondiaux », a-t-elle ajouté, en faisant remarquer que la campagne menée pour la ville, et dont le slogan est « Freetown the Treetown », avait mobilisé jeunes et vieux. Tout le monde peut maintenant s'inscrire pour parrainer des arbres. Non seulement le mouvement bénéficie du soutien du public, mais il est également soutenu par le secteur privé, les ministères et même la Banque mondiale.

Planter des arbres, mais surtout « bien planter des arbres »
 

Thomas Crowther, professeur d’écologie mondiale des écosystèmes à l’ETH de Zurich, a mis en garde contre le fait de considérer les arbres comme un moyen facile de s'en sortir et d'opposer la plantation d'arbres au mouvement climatique. Pour combler le fossé entre le défi mondial et le défi local de la restauration des écosystèmes, il faut créer des modèles mondiaux mais aussi trouver des solutions adaptées aux gens sur le terrain. 

Susan Chomba, responsable du projet ICRAF, a souligné la nécessité de lier la modélisation des données spatiales à des aspects tels que les connaissances locales. « C’est un monde de communautés locales », a-t-elle noté, en soulignant l'importance des initiatives locales et des personnes qui ne sont pas économiquement fortes mais sont néanmoins passionnées par la restauration des écosystèmes. 

Harrie Lovenstein, qui dirige le département R&D de la société Land Life basée aux Pays-Bas, a présenté une série de technologies visant à éviter de planter les mauvais arbres aux mauvais endroits. Sa société a créé une base de données sur les arbres couvrant 30 000 essences. Cette base de données est associée à un système de localisation et de suivi GPS par drone et satellite. Harrie Lovenstein a soutenu que, dans les projets de restauration à grande échelle, de tels efforts étaient essentiels pour faire face à ce qu'il a appelé « l'accélération du changement climatique ». 

Tor-Gunnar Vågen, directeur du laboratoire de géosciences de l'ICRAF, a présenté une application qui peut être utilisée pour le suivi et l'enregistrement des efforts de restauration. Cette application, qui fonctionne en plusieurs langues, est utile pour sélectionner les essences qu’il faut, pour les endroits qu’il faut. 

Précisant l'ampleur du défi à relever en matière de plantation d'arbres, Lauren Fletcher, fondatrice du studio d'innovation ß-Earth et inventrice de la technologie du drone planteur d'arbres, a déclaré que deux mille milliards d'arbres étaient nécessaires pour restaurer les écosystèmes à l'échelle mondiale. Il faut utiliser les outils qu’il faut aux endroits qu’il faut, et la plantation manuelle restera toujours une partie de la solution. Cependant, malgré les engagements importants pris en faveur de la plantation d'arbres, leur nombre continue de suivre une courbe décroissante.  « Nous devons trouver des moyens plus intelligents de combiner nos efforts », a conclu M. Fletcher. 

Author: Mike Gardner, journaliste indépendant, Bonn, Allemagne