Charles Michel, président du Conseil de l’Union européenne, à la cérémonie d’ouverture des Journées européennes du développement 2022.
Photo: ©European Union, 2022

JED – des partenariats durables pour un monde connecté

Lors des Journées européennes du développement (JED) 2022, les experts ont examiné l’impact de la stratégie Global Gateway en Afrique, en Amérique latine, en Asie centrale, dans l’Indopacifique et dans le voisinage de l’Union européenne. D’autres sujets essentiels tels que la résilience des systèmes de santé et la sécurité alimentaire ont également été abordés.

Cette année, les Journées européennes du développement (JED), qui ont eu lieu les 21 et 22 juin 2022 à Bruxelles/Belgique et en ligne, ont mis l’accent sur la stratégie Global Gateway de l’UE. À cette occasion, les participants ont pu prendre part à plus de 90 sessions, notamment à des groupes de travail de haut niveau axés sur les cinq thèmes clés de la Global Gateway : le numérique, le climat et l’énergie, les transports, la santé, l’éducation et la recherche. Le Global Village a permis aux participants de présenter des projets innovants liés aux thèmes des JDD et de partager les résultats de leurs initiatives.

« C’est là que l’Europe rencontre la communauté et les partenaires du développement mondial venus des quatre coins du monde, » a déclaré Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, dans son allocution de bienvenue lors de l’assemblée d’ouverture. « L’initiative Global Gateway est la réponse de l’Europe à un monde qui a besoin d’investissements massifs. Elle vise à mobiliser 300 milliards d’euros d’ici à 2027, dont 150 sont destinés à l’Afrique. » 

« Le seul moyen d’être en sécurité, c’est d’être ensemble, » a déclaré Charles Michel, président du Conseil de l’Union européenne, citant ainsi Desmond Tutu, archevêque anglican d’Afrique du Sud et grand défenseur des droits de l’homme. Il a pointé du doigt l’effet dévastateur de la pandémie de COVID-19 et de l’agression de l’Ukraine par la Russie sur la sécurité alimentaire dans plusieurs pays africains. Charles Michel a rappelé que l’Union européenne se tenait au côté de l’Union africaine. 

L’Union européenne offre son soutien face à l’invasion de l’Ukraine par la Russie 


Lors des Journées européennes du développement, Ursula von der Leyen a annoncé de nouvelles mesures de renforcement de la sécurité alimentaire. La Commission européenne a adopté une proposition visant à mobiliser 600 millions d’euros du Fonds européen de développement pour faire face à l’actuelle crise de sécurité alimentaire aggravée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Ces fonds aideront les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique à faire face à la situation désastreuse qu’ils connaissent en intervenant sur trois axes : l’aide humanitaire (150 millions €), la production durable et la résilience des systèmes alimentaires (350 millions €) et le soutien macro-économique (100 millions €).

Le reverdissement de l’Afrique et la Grande muraille verte 
 

« La Grande muraille verte a déjà repris des millions d’hectares de terre au désert, dynamisant ainsi la production alimentaire du Sénégal et du Niger jusqu’à l’Éthiopie. Environ 15 pour cent du projet ont été menés à bien. L’initiative Global Gateway va apporter une autre pierre à cette muraille verte qui sert de rempart contre l’insécurité alimentaire et le changement climatique, » a déclaré Ursula von der Leyen dans l’allocution qu’elle a prononcée lors de la cérémonie d’ouverture.   

Lors de la session Regreening Africa and the Great Green Wall (le reverdissement de l’Afrique et la Grande muraille verte), organisée par le Centre international de recherche en agroforesterie, les participants ont échangé leurs connaissances des efforts considérables de restauration des terres en Afrique. Ils ont insisté sur les progrès réalisés et sur les enseignements acquis en ce qui concerne l’adaptation des pratiques aux contextes locaux, l’importance du suivi et de l’apprentissage, l’engagement politique, l’inclusion des jeunes et des femmes, et les chaînes de valeur. En outre, ils ont discuté de la façon d’interconnecter les constats et les enseignements tirés du Reverdissement de l’Afrique et d’autres actions positives, et de les appliquer à de futures initiatives de restauration et d’investissements telles que celle de la Grande muraille verte.

Mieke Bourne, responsable du programme de reverdissement de l’Afrique au Centre international de recherche en agroforesterie (CIFFOR/ICRAF), a fait remarquer qu’il n’y a pas de solution miracle pour progresser. Il est par conséquent très important que les pratiques soient adaptées au contexte local. Il faut tenir compte des facteurs de dégradation et des incitations à restaurer, celles-ci pouvant prendre différentes formes, par exemple celle des droits d’utilisation.  

Une « mosaïque d’interventions » est nécessaire, a ajouté Bernard Crabbé, chef d’équipe, Environnement et économie circulaire, Direction générale des partenariats internationaux, Commission européenne, en insistant sur le fait que la subsidiarité est cruciale.  

Birguy Lamizana Diallo, responsable de programme senior à la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification, a présenté les enseignements tirés du rapport 2020 sur l’état de la mise en œuvre de la Grande muraille verte qui identifiait plusieurs difficultés en matière de gouvernance, de suivi, de déclaration et de financement. Pour surmonter ces difficultés et favoriser le reverdissement de la région du Sahel, l’Accélérateur de la Grande muraille verte a été mis en œuvre en 2021. 

La sécurité alimentaire en temps de crise

Lors du panel intitulé Sécurité alimentaire en temps de crise et organisé par le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, Madame Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État chargée du développement, de la francophonie et des partenariats internationaux, a parlé de l’initiative FARM (Food and Agriculture Resilience Mission) pour la sécurité alimentaire des pays les plus vulnérables, initiative lancée en mars 2022 par le président français Emmanuel Macron, avec le concours de l’Union européenne, du G7 et des partenaires de l’Union africaine.

L’initiative FARM repose sur trois piliers :

  • un pilier commercial pour apaiser les tensions sur les marchés agricoles, garantir la pleine transparence des flux ainsi que des stocks et lutter contre les barrières commerciales injustifiées ;
  • un pilier solidarité pour soutenir les capacités agricoles ukrainiennes, assurer un accès à prix raisonnable aux denrées agricoles dans les pays les plus touchés, et se préparer à pallier les effets de la guerre sur le niveau de production agricole ; 
  • un pilier production pour renforcer les capacités agricoles de manière durable dans les pays les plus touchés.


Ines Lechner, rédactrice, Rural 21, DLG-Verlag GmbH, Francfort/Main, Allemagne

Plus d’informations:
Consulter le site web des Journées européennes du développement
Pour en savoir plus sur l’initiative Global Gateway, consulter le site web de la Commission européenne
Pour en savoir plus sur l’initiative FARM
Consulter le site web de la Grande muraille verte
Pour en savoir plus sur le reverdissement de l’Afrique, consulter le site web du Centre international de recherche en agroforesterie

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings