Vanille en fleurs.
Photo: ©Université de Göttingen

Promouvoir la culture de la vanille sur les terres en jachère

La culture de la vanille sur les terres en jachère est source d’opportunités pour les petits exploitants agricoles et pour la conservation.

Une étude publiée en juillet 2022 par les universités de Göttingen, Marburg et Hohenheim (Allemagne) montre qu’il est possible de préserver la biodiversité tout en sécurisant les moyens de subsistance des petits cultivateurs de vanille de Madagascar. Les agriculteurs n’ont pas besoin de défricher de terres pour obtenir de bons rendements. En effet, les rendements des plantations de vanille installées sur des terres en jachère sont similaires à ceux des plantations établies dans la forêt. Sans compter que la mise en culture des terres en jachère améliore leur biodiversité. Lorsque la vanille est cultivée dans la forêt et non sur des terres en jachère, elle entraîne une perte de 23 % de l’ensemble des espèces et une baisse de 47 % des espèces endémiques.

Les chercheurs ont enregistré les rendements de vanille de systèmes agrosylvopastoraux dans le nord-est de Madagascar, la plus grande région de culture de vanille au monde, caractérisée par un nombre élevé de petits exploitants. Ils ont corrélé ces résultats avec ceux de la biodiversité, représentée par les arbres, les plantes herbacées, les oiseaux, les amphibiens, les reptiles, les papillons et les fourmis, et combiné les aspects économiques et écologiques de la culture. Principale constatation : il n’existe pas de lien entre la hausse des rendements de vanille et la biodiversité globale. Les chercheurs n’ont, en outre, constaté aucune différence entre les rendements de vanille des plantations installées sur des terres en jachère et ceux des plantations établies dans la forêt.

Lorsque les agriculteurs augmentent la densité de plantation de la vanille ou la longueur des plants, la récolte est meilleure, mais le nombre d’espèces d’arbres et de reptiles diminue. Aucun impact négatif n’a toutefois été constaté sur les oiseaux, les amphibiens, les papillons, les fourmis et les plantes herbacées. Il est possible d’accroître la diversité des espèces en instaurant un couvert forestier haut dans les plantations et dans le paysage général. 

« La promotion de la culture de la vanille sur les terres en jachère est une pratique écologiquement et économiquement significative, qui contribue, en outre, à la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes. L’étude montre également qu’il est possible de promouvoir et de préserver la biodiversité en dehors des aires protégées », explique le professeur Ingo Grass, co-auteur de l’étude et écologiste pour les systèmes agricoles tropicaux à l’université de Hohenheim.

(Université de Göttingen/ile)

Plus d’informations sont dispoibles sur le site internet de l’université de Göttingen

Publication originale : Annemarie Wurz et al. Win-win opportunities combining high yields with high multi-taxa biodiversity in tropical agroforestry. Nature Communications 2022.

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings