Le manioc est un arbrisseau dont la racine est utilisée comme aliment de base dans de nombreux pays africains.
Photo : Shutterstock

Lutte contre la striure brune du manioc en Afrique

Des chercheurs de la Collection allemande de micro-organismes et de cultures cellulaires (DSMZ) ont trouvé un moyen de lutter contre la striure brune du manioc africain à partir de variétés provenant de plants sud-américains.

Les recherches effectuées sur le manioc par le département des virus végétaux à l’Institut Leibniz DSMZ – Collection allemande de micro-organismes et de cultures cellulaires GmbH, à Brunswick, Allemagne, sont financées par la Fondation Bill & Melinda Gates depuis 2014.

À l’occasion d’une visite effectuée à la DSMZ par Jim Lorenzen, responsable principal de programme à la Fondation Gates, Stephan Winter, chef du groupe de recherche sur les virus végétaux a présenté les récents résultats des travaux liés à la résistance du manioc dans les variétés africaines.

Selon Stephan Winter, les chercheurs ont réussi à trouver des résistances aux virus africains dans des variétés de manioc originaires d’Amérique du Sud. Ces virus entraînent une grave pourriture de la racine, la striure brune du manioc (SBM), qui entraîne la perte totale de la récolte. Jusqu’à présent, les variétés africaines de manioc étaient peu résistantes à ces virus, ce qui se traduisait souvent par des récoltes catastrophiques. « Comme cette maladie continue de se propager de l’Afrique de l’Est vers l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest, régions dans lesquelles elle menace de se développer, il est urgent de prendre des contre-mesures, » explique Stephan Winter.

Après de nombreuses expérimentations dans les serres de recherche de Brunswick, des plants de manioc résistants à la maladie et originaires d’Amérique du Sud ont été envoyés à des stations de recherche du Kenya, de Tanzanie, du Rwanda, de l’Ouganda et du Nigeria auxquelles il a été demandé d’introduire, par croisement, la résistance au virus dans les variétés africaines. Des expériences réalisées dans le Sud-Kivu, province de l’est du Congo, et évaluées au bout d’un an de culture en plein champ, ont montré que la résistance au virus propre aux variétés sud-américaine était préservée dans les cultures de plein champ au Kivu. « Les variantes sélectionnées poussent en Afrique, conservent leur résistance à la SBM et restent saines, » déclare le chercheur de la DSMZ.

Des plants de manioc sud-américains – une solution pour l’Afrique

Lors de la visite de la délégation de la Fondation Gates, d’autres projets de recherche communs ont été examinés. En plus de la recherche fondamentale sur la caractérisation de la résistance des lignées sud-américaines, ces projets doivent avant tout être directement intégrés aux travaux de sélection végétale des partenaires africains, pour mettre les nouveaux résultats obtenus à la disposition de tous afin de lutter contre la faim en Afrique. « Après douze mois de culture en plein champ, les plants de manioc sud-américain présentent d’excellentes caractéristiques de résistance. Mais il reste nécessaire de poursuivre la recherche lorsqu’il s’agit d’établir les plants dans différentes régions de culture. Néanmoins, les premiers pas vers l’obtention, en Afrique, de plants de manioc résistants à la maladie ont été faits, » déclare Stephan Winter, en résumé de la situation actuelle.

(DSMZ / wi)

En savoir plus :

Site web de l'Institut Leibniz (DSMZ)

Lien vers le communiqué de presse sur le projet de résistance du manioc à la DSMZ