Vache dans une ferme de Saniliurfa, Turquie : les régions associées à des taux élevés de résistance aux antimicrobiens, chez les animaux, se trouvent en Chine, en Inde, en Iran et en Turquie.
Photo : @FAO/Barkin Bulbul 

La résistance aux antimicrobiens augmente rapidement

Une nouvelle plateforme internet à accès libre donne une vue d’ensemble de la résistance aux antimicrobiens chez les animaux à l’échelle mondiale. Selon les chercheurs, les médicaments utilisés dans l’élevage des animaux perdent rapidement de leur efficacité. La résistance aux antimicrobiens augmente dans les pays en développement et les pays émergents en raison de la consommation accrue de viande et de la non-réglementation de l’accès aux antimicrobiens vétérinaires.

Selon une déclaration de l’ETH Zurich, en septembre 2019, les infections résistantes aux antimicrobiens augmentent rapidement chez les animaux des pays à revenu faible ou moyen. Dans certaines régions, les antimicrobiens les plus fréquemment utilisés pour traiter les animaux ont presque totalement perdu leur efficacité dans le traitement des infections.

Pour savoir où, et dans quelles espèces animales, cette résistance se manifeste pour les bactéries alimentaires communes Salmonella, E. coli, Campylobacter et Staphylococcus, les chercheurs ont créé la plateforme internet à libre accès www.resistancebank.org.

Des capacités de surveillance limitées dans les pays à revenu faible ou moyen  

Pour répondre à l’accroissement de la demande mondiale de viande, la production animale a été intensifiée et s’est accompagnée, entre autres, d’une utilisation accrue d’antimicrobiens. Les éleveurs utilisent ces produits pour traiter les infections et les prévenir chez les animaux élevés dans des conditions de promiscuité ; mais ces médicaments sont également utilisés pour augmenter la prise de poids et, ainsi, améliorer la rentabilité.  

Selon les chercheurs, cette utilisation excessive et sans discernement d’antimicrobiens a de graves conséquences : la proportion de bactéries résistantes aux antimicrobiens augmente rapidement dans le monde entier. Les médicaments perdent de leur efficacité et cela a d’importantes conséquences pour la santé des animaux mais aussi, potentiellement, pour l’homme.

Les pays à revenu faible ou moyen ont des capacités limitées de contrôle de l’utilisation d’antimicrobiens et de la résistance à ces produits dans les exploitations agricoles. L’utilisation d’antimicrobiens est généralement moins réglementée et documentée dans ces pays que dans les riches pays industrialisés disposant de systèmes de surveillance bien en place.  

Points chauds de résistance en Asie et en Amérique du Sud 

Selon les chercheurs, les régions associées à des taux élevés de résistance aux antimicrobiens chez les animaux sont le nord-est de la Chine, le nord-est de l’Inde, le Sud du Brésil, l’Iran et la Turquie. Dans ces pays, les bactéries citées plus haut résistent maintenant à un grand nombre de médicaments utilisés non seulement sur les animaux, mais aussi dans la médecine humaine. Une importante conclusion de l’étude est la suivante : à ce jour, peu de points chauds de résistance sont apparus en Afrique, à l’exception du Nigeria et des environs de Johannesburg.

(ETH Zurich/ile)

Référence :
Van Boeckel TP, Pires J, Silvester R, Zhao C , Song J, Criscuolo NG, Gilbert M, Bonhoeffer S, Laxminarayan R. Global trends in antimicrobial resistance in animals in low- and middle-income countries. Science 365, 2019, doi: 10.1126/science.aaw1944

Pour plus d’informations, consulter le site de l’ETH Zurich (en anglais): ethz.ch/en/news-and-events/eth-news/news/2019/09/antimicrobial-resistances-on-the-rise.html
 

Author: (ETH Zurich/ile)