Vérification de la température au poste-frontière de Mpondwe, dans le district de Kasese.
Photo: ©OMS Ouganda

La maladie à virus Ebola se propage au-delà des frontières

La maladie à virus Ebola s’est propagée de la République démocratique du Congo (RDC) à l’Ouganda. Malgré les nombreuses alertes précédentes, il s’agit du premier cas confirmé en Ouganda pendant l’actuelle épidémie en RDC voisine.

Le premier cas de maladie à virus Ebola en Ouganda a été confirmé le 11 juin 2019 par l’institut de recherche virologique de l’Ouganda (Uganda Virus Institute – UVRI), le ministère de la Santé et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). La victime est un jeune Congolais de 5 ans qui voyageait avec sa famille le 9 juin. L’enfant a été pris en charge et reçoit un traitement de soutien à l’unité de traitement Ebola (UTE) de Bwera, district de Kasese, et les personnes entrées en contact avec lui sont surveillées.

Le ministère de la Santé et l’OMS ont envoyé une équipe d’intervention rapide à Kasese pour tenter d’identifier d’autres personnes susceptibles d’avoir été exposées et les prendre en charge si elles tombent malades.  

L’Ouganda a déjà pris ses précautions

L’Ouganda a déjà une certaine expérience des épidémies de maladie à virus Ebola. En prévision d’éventuels cas de transmission de la maladie depuis la RDC, site de l’actuelle épidémie, l’Ouganda a vacciné près de 4 700 agents de santé dans 165 établissements de santé (y compris dans l’établissement dans lequel l’enfant est actuellement soigné) ; le suivi de la maladie a été intensifié et les agents de santé ont été formés à reconnaître les symptômes de la maladie. Des unités de traitement Ebola sont en place.

En réponse à ce cas avéré, le ministère intensifie l’éducation du grand public et le soutien psychosocial et va entreprendre de vacciner ceux qui sont entrés en contact avec le patient, ainsi que les agents de santé exposés et n’ayant pas encore été vaccinés.   

Un vaccin expérimental semble être efficace

Les personnes ayant été en contact avec quelqu’un atteint de la maladie sont vaccinées et il leur est demandé de surveiller leur santé pendant 21 jours pour s’assurer qu’elles ne contractent pas également la maladie.

Le vaccin expérimental utilisé en RDC et par les agents de santé de première ligne en Ouganda a, jusqu’à présent, protégé les personnes de la maladie et aidé celles qui l’ont contractée à avoir de meilleures chances de survie. Le ministère engage vivement les personnes identifiées comme contacts à prendre cette mesure de protection. 

Aucun autre cas confirmé n’a été décelé dans aucune autre partie du pays. 

(OMS/ile)

Pour en savoir plus, consulter le site d’information de l’OMS sur la maladie à virus Ebola : https://www.who.int/ebola/fr/