Dans le projet SHRIMPS, les partenaires allemands et vietnamiens coopèrent en vue d'accroître la résilience des exploitations au changement climatique.
Photo: ©GIZ

La GIZ a démarré un projet d’aquaculture solaire dans le delta du Mékong

Des entreprises et des chercheurs vietnamiens et allemands, ainsi que des représentants de la Deutsche Gesellschaft für internationale Zusammenarbeit (giz), ont donné le coup d’envoi d’un nouveau projet innovant intitulé « Solar-Aquaculture Habitats as Resource-Efficient and Integrated Multilayer Production Systems (SHRIMPS) » dans la région du delta du Mékong, au Vietnam, à la fin de l’année dernière.

Le projet d’habitats d’aquaculture solaire comme systèmes de production multicouches efficaces dans l’utilisation des ressources et intégrés (« Solar-Aquaculture Habitats as Resource-Efficient and Integrated Multilayer Production Systems – SHRIMPS ») vise à réduire la consommation d’eau douce, les eaux usées, ainsi que les émissions de CO2 et les apports de polluants, et à assurer une plus grande résilience des exploitations aquacoles aux impacts du changement climatique.

Il améliorera également la situation économique des zones rurales de la région du Mékong, contribuera à accroître la sécurité énergétique, favorisera l’adoption de méthodes durables d’élevage de pangas et de crevettes, et créera une plateforme de transfert des connaissances internationales et interdisciplinaires.

Le projet SHRIMPS associe la recherche en aquaculture et l’expertise en matière d’énergie solaire pour identifier les difficultés et les opportunités de l’aquaculture et des systèmes solaires, et pour mieux comprendre leurs synergies et interactions. 

Le projet comporte trois phases préliminaires. Dans la première, les partenaires chercheront à déterminer les techniques de production les plus prometteuses et à élaborer un concept pour les phases suivantes du projet en fonction des résultats.

Dans la deuxième phase, des installations pilotes seront construites dans les provinces vietnamiennes de An Giang et de Bac Lieu. Dans la dernière phase, les deux installations prototypes feront l’objet d’un suivi pour s’assurer qu’elles sont fiables et qu’elles peuvent servir de référence pour ce secteur d’activité, non seulement au Vietnam mais également dans d’autres pays.

Le ministère fédéral allemand de l’Éducation et de la Recherche (BMBF) finance le projet dont la mise en œuvre est assurée par des partenaires vietnamiens et allemands.

Auteur : Tobias Cossen, Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (giz) GmbH ; Bonn, Allemagne