Femmes au Bénin plantant des baobabs dans un jardin privé.@ GIZ, Wohlmann

GIZ : Série de webinaires sur le changement social et comportemental

Les processus de changement jouent un rôle clé dans la réussite des projets de développement. Pour atteindre les objectifs d’un projet et réussir à améliorer les moyens de subsistance, il est crucial que les populations adoptent durablement des comportements positifs. C’est pour cette raison que de nombreux projets de la coopération allemande au développement, portant sur différents secteurs, appuient et facilitent les processus de changement des comportements.

Dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, les activités de changement social et comportemental s’efforcent souvent d’encourager les mères à adopter des habitudes alimentaires plus saines, à opter pour un régime alimentaire adéquat et à modifier leurs pratiques de cuisine et d’hygiène.

Les projets liés à l’agriculture et à la chaîne de valeur s’efforcent d’inciter les petits agriculteurs et les petites entreprises à adopter des pratiques telles que la protection des sols, les mesures de réhabilitation, l’utilisation de variétés de semences améliorées et l’élaboration de procédures commerciales efficaces à long terme.

Que peut-on faire pour favoriser les processus de changement comportemental ?

Nous savons qu’il ne suffit pas de sensibiliser les populations et de diffuser des connaissances, car de multiples facteurs personnels et externes sont à l’origine du comportement humain. Les connaissances, les compétences ou la confiance en soi d’une personne sont souvent aussi importants que l’influence de la famille, des amis, des groupes et leaders locaux, des prestataires de services ou des institutions de niveau communautaire. Sans compter le niveau sociétal, c’est-à-dire les politiques gouvernementales, la culture, les normes sociales, les médias, etc., qui joue un rôle crucial.

Il est donc essentiel de comprendre les perceptions des gens et de mettre les populations au cœur de nos interventions. Cette démarche commence par une analyse basée sur les sciences du comportement qui permet de comprendre les obstacles et les motivations du changement.

Pour permettre à tous de bien comprendre l’utilisation et les bénéfices d’une approche structurée des activités de changement social et comportemental, la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), au nom du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et en collaboration avec l’ANH Academy, a préparé une série de cinq webinaires pour promouvoir le changement social et comportemental dans le but d’améliorer l’agriculture et la nutrition.

Le premier webinaire portant sur « Les bases du changement social et comportemental » a eu lieu le 16 juillet 2020. L’intervenante, Danielle Chekaraou, a partagé son expertise acquise au cours de ses 30 ans de carrière dans le domaine du changement social et comportemental. Elle a souligné l’importance de la théorie des systèmes, qui permet de conserver une approche holistique de la planification des programmes de changement des comportements.

Pendant le webinaire, Mme Chekaraou a indiqué que, pour pouvoir réussir une stratégie de changement social et comportemental, les personnes concernées doivent comprendre la « valeur » du changement. La réponse à la question « qu’est-ce que cela va m’apporter ? » est donc cruciale. « Les systèmes de valeurs sont parfois différents et vous parviendrez peut-être à inciter une personne à réaliser une action pour une raison autre que celle à laquelle vous pensez, et ce n’est pas un problème », a souligné Mme Chekaraou.

Les personnes doivent, en outre, être prêtes pour le changement et impliquées dans le changement. Il est fréquent que les gens sachent ce dont ils ont besoin pour adopter un certain comportement et qu’ils aient juste besoin d’un petit coup de pouce pour passer à l’action. Enfin, les gens doivent être entourés de modèles, c’est-à-dire de personnes qui ont déjà adopté le changement ou le comportement et qui se montrent enthousiastes à son sujet.

Pour Danielle Chekaraou, la première étape d’une stratégie de changement social et comportemental consiste à définir le comportement souhaité. « J’ai remarqué avec surprise que lorsque je commence une formation et que je demande aux responsables du programme quels comportements ils souhaitent promouvoir, ils sont souvent incapables de formuler le résultat qu’ils souhaitent obtenir ou ce qu’ils veulent que les gens fassent », a-t-elle raconté pendant le webinaire. Les responsables des programmes doivent donc être capables de formuler clairement les comportements qu’ils veulent voir dans leurs programmes. Par exemple, s’ils veulent promouvoir le « stockage adéquat des aliments », un comportement associé pourrait être que « les agriculteurs stockent leurs céréales dans des silos améliorés juste après la récolte ».

Avec la « route des obstacles », Mme Chekaraou a parfaitement illustré les étapes que les responsables des programmes doivent franchir pour arriver à destination, c’est-à-dire au comportement positif. Le long de la route, il est important de communiquer avec le groupe cible afin de comprendre les obstacles auxquels il est confronté et de lui fournir des outils appropriés. Si vous souhaitez en savoir plus sur le webinaire de Danielle, vous pouvez consulter l’enregistrement à l’adresse www.anh-academy.org/sbc-webinaire-1.

Prochain webinaire sur les principaux obstacles et moteurs du changement le 11 août

Le prochain webinaire aura lieu le mardi 11 août à 15 heures CEST. Il portera sur les obstacles et les moteurs du changement de comportement qui nous permettent de comprendre pourquoi certaines personnes affichent des comportements positifs et d’autres non. Il expliquera également comment réussir à mettre au jour les principaux obstacles et moteurs du changement.

Ressources :

Changement social et comportemental : Perspectives et pratiques ; Guide du praticien

Inscription au prochain webinaire : « Obstacles et moteurs du changement de comportement »

Auteurs :

Julia Goette (projet sectoriel Politique agricole et sécurité alimentaire)

Dr Annette Roth (projet sectoriel Politique agricole et sécurité alimentaire)

Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH, Bonn, Eschborn, Allemagne