Des filles Rohingyas transportent du bois de feu dans le camp de réfugiés de Kutupalong-Balukhali, Bangladesh : 32 millions de filles sont encore déscolarisées.
Photo: ©UN Women/Allison Joyce

Davantage scolarisées, les filles restent confrontées aux inégalités et aux violences

De plus en plus de filles vont à l’école, ce qui constitue une avancée remarquable. Mais les filles et les femmes restent confrontées la violence et des millions de filles sont mariées durant leur enfance et sont victimes de mutilations génitales féminines.

La violence à l’égard des femmes et des filles demeure un phénomène courant, déclarent l’UNICEF, Plan International et ONU Femmes quelques jours avant la Journée internationale des femmes, le 8 mars. 

Jamais il n’y a eu autant de filles scolarisées ou en mesure de poursuivre leur scolarité dans le monde. Pourtant, ces remarquables avancées dans le domaine de l’éducation n’ont eu que peu d’effet sur l’émergence d’un monde plus égalitaire et moins violent envers le sexe féminin, alertent les trois organisations dans un nouveau rapport intitulé « A New Era for Girls: Taking stock on 25 years of progress » (Une nouvelle ère pour les filles : Retour sur 25 ans de progrès), publié début mars 2020.

Ce rapport, paru à la veille de la 64e session de la Commission de la condition de la femme, montre que le nombre de filles déscolarisées a reculé de 79 millions ces 20 dernières années. Dans les faits, cela fait moins de dix ans que les filles sont plus susceptibles de fréquenter l’enseignement secondaire que les garçons.

Faire évoluer les comportements et les attitudes envers les filles
 

Mais, « l’accès à l’éducation ne suffit pas, nous devons également faire évoluer les comportements et les attitudes envers les filles. L’égalité réelle ne sera atteinte que lorsque les filles ne seront plus exposées à la violence, qu’elles seront libres d’exercer leurs droits et qu’elles pourront bénéficier de chances égales. » a déclaré la Directrice générale de l’UNICEF, Henrietta Fore.

En 2016, par exemple, 70 % des victimes de traite identifiées dans le monde étaient des femmes ou des filles, pour la plupart à des fins d’exploitation sexuelle. Environ 13 millions de jeunes filles âgées de 15 à 19 ans, soit 1 sur 20, ont subi un viol au cours de leur vie.

Le mariage des enfants et les MFG continuent de ruiner la vie de millions de filles

 
Aujourd’hui, il est effrayant de constater que les filles sont partout confrontées à des risques de violence – en ligne, à l’école, à la maison et au sein de leur communauté –, des violences dont elles gardent des séquelles physiques, psychologiques et sociales. Selon les conclusions du rapport, des pratiques nuisibles telles que le mariage des enfants et les mutilations génitales féminines continuent de déstabiliser et de ruiner la vie et le potentiel de millions de petites filles à travers le monde.

Chaque année, 12 millions de filles sont mariées durant leur enfance, et 4 millions risquent de subir des mutilations génitales. Il n’en reste pas moins qu’à travers le monde, les filles âgées de 15 à 19 ans sont tout aussi susceptibles de justifier le fait de battre sa femme que les garçons du même âge.

Des tendances néfastes dans le domaine de la nutrition et de la santé


Le rapport pointe également des tendances préoccupantes chez les filles dans le domaine de la nutrition et de la santé. L’effacement des régimes traditionnels devant une alimentation transformée et malsaine a contribué à une explosion du surpoids et de l’obésité chez les enfants et les adolescents. On compte aujourd’hui près de deux fois plus de jeunes filles en surpoids (155 millions) qu’en 1995 (75 millions).

En parallèle, ces 25 dernières années, se sont développées les préoccupations liées aux troubles psychologiques, en partie causés par l’usage excessif des technologies numériques. Selon le rapport, le suicide est à l’heure actuelle la deuxième cause de mortalité chez les adolescentes de 15 à 19 ans, derrière les pathologies maternelles.

Les jeunes filles demeurent également très exposées aux infections sexuellement transmissibles, dont le VIH, avec lequel vivent aujourd’hui 970 000 adolescentes âgées de 10 à 19 ans, contre 740 000 en 1995. Les filles de cette tranche d’âge continuent d’ailleurs de représenter environ 3 nouvelles infections sur 4 chez les adolescents dans le monde.

(UN Women/ile)

Plus d’informations sont disponibles sur le site Internet de UNO Femmes 

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings