Villageois touché par la sécheresse consécutive au phénomène climatique El Niño au Swaziland, en 2016. Un système d’alerte rapide pourrait contribuer à mieux protéger les moyens d’existence en milieu rural.
Photo : ©FAO/Believe Nyakudjara

Alerte rapide – le phénomène climatique « El Niño » a des chances de se manifester d’ici à la fin de 2020

Un nouvel algorithme a plus ou moins doublé le précédent délai d’avertissement d’un phénomène « El Niño ». La probabilité qu’un tel phénomène se produise en 2020 est d’environ 80 pour cent.

Début novembre 2019, des chercheurs de l’université Justus Liebig de Giessen (JLU), en Allemagne, de l’Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique (PIK), en Allemagne également, et de l’université Bar-Ilan, à Ramat Gan, Israël, ont signalé que le phénomène climatique « El Niño » aux conséquences graves pourrait bientôt se manifester à nouveau dans la région Pacifique. Selon eux, cette région connaîtra probablement un autre épisode « El Niño » d’ici à la fin de 2020. Les modèles de prévision couramment utilisés n’en donnent encore aucun signe. 

La nouvelle prévision est basée sur un nouvel algorithme élaboré par les chercheurs. Cet algorithme s’appuie sur une analyse des températures de l’air dans la région Pacifique et il avait correctement prédit les deux derniers épisodes « El Niño » plus d’un an à l’avance. Des prévisions à aussi long terme peuvent, par exemple, aider les agriculteurs du Brésil, d’Australie ou d’Inde à se préparer et à adapter les ensemencements en conséquence, ont déclaré les chercheurs.  

Une probabilité d’environ 80 pour cent

Les chercheurs font remarquer que la méthode de prévision n’est pas sûre à cent pour cent ; la probabilité qu’un phénomène « El Niño » se manifeste en 2020 n’est que d’environ 80 pour cent. Néanmoins, le nouvel algorithme présente des avantages par rapport aux méthodes traditionnelles qui sont incapables de prévoir un épisode « El Niño » plus de six mois à l’avance. 

Avec un délai d’alerte rapide traditionnelle (de six mois au plus, à ce jour), les habitants des régions tropicales et subtropicales sont mal préparés aux conséquences souvent dévastatrices de « El Niño », qui se manifeste à intervalles irréguliers, vers Noël – filets de pêche vides et pluies torrentielles au Pérou, ainsi que longues périodes de sécheresse en Amérique du Sud, en Indonésie, en Australie et en Afrique. Par ailleurs, le sous-continent indien peut connaître une variation des périodes de mousson et la Californie peut enregistrer plus de précipitations.

L’équipe poursuit actuellement le développement de l’algorithme afin d’être en mesure de prévoir également la force et la durée de ce phénomène climatique à l’avenir.

(PIK/ile)

Plus d’informations (en anglais) : 

PIK: www.pik-potsdam.de/news/press-releases/early-warning-physicists-from-giessen-potsdam-and-tel-aviv-forecast-el-nino-for-2020

Josef Ludescher, Armin Bunde, Shlomo Havlin, Hans Joachim Schellnhuber (2019): Very early warning signal for El Niño in 2020 with a 4 in 5 likelihood: arxiv.org/abs/1910.14642