Des cas de pyriculariose du blé (wheat blast) à Mpika, Zambie. Cette maladie fongique peut être dévastatrice en peu de temps. Photo:© Batiseba Tembo, ZARI

La pyriculariose du blé fait un bond intercontinental vers l’Afrique

La pyriculariose du blé, une maladie fongique à action rapide et dévastatrice, a été signalée pour la première fois sur le continent africain, selon un nouvel article publié par des scientifiques de l'Institut zambien de recherche agricole (ZARI), du Centre international pour l'amélioration du maïs et du blé (CIMMYT) et du Département américain de l'agriculture – service de recherche agricole – unité de recherche scientifique sur les maladies et les mauvaises herbes étrangères (USDA-ARS).

La pyriculariose du blé est arrivée en Afrique. Selon une équipe internationale de chercheurs, les symptômes de la pyriculariose du blé sont apparus pour la première fois en Zambie pendant la saison des pluies de 2018 dans des parcelles expérimentales de l'Institut zambien de recherche agricole (ZARI) et dans de petites exploitations agricoles du district de Mpika, dans la province de Muchinga.

La pyriculariose du blé constitue une grave menace pour la production de blé pluvial en Zambie et sonne l'alarme pour les régions et pays voisins du continent africain qui connaissent des conditions environnementales similaires. Dans le monde, 2,5 milliards de consommateurs dépendent du blé comme aliment de base et, ces dernières années, plusieurs pays africains se sont efforcés de réduire leur dépendance aux importations de blé.

« Cela représente une importante contrainte biotique supplémentaire pour la production de blé pluvial en Zambie », a déclaré Batiseba Tembo, sélectionneur de blé au ZARI et chercheur principal de l'étude qui a été publiée fin septembre dans la revue scientifique PLoS One.

Les chercheurs ont été déconcertés lorsque les symptômes de la maladie ont été signalés pour la première fois dans les champs de Mpika pendant la saison des pluies de 2018. La Zambie a des conditions agro-climatiques particulières, notamment dans le système de production de blé pluvial, et des maladies telles que la tache et la fusariose de l'épi sont courantes.

« Le blé avait des épis blancs argentés et un couvert végétal vert, ce qui a entraîné la formation de grains ratatinés ou l’absence totale de grains... En l'espace de sept jours, un champ entier peut être attaqué », a déclaré madame Tembo. Des échantillons ont été prélevés et analysés dans le laboratoire du ZARI, et les chercheurs ont commencé à soupçonner qu'il s'agissait d'une maladie entièrement nouvelle.

L’histoire d’un désastre

La pyriculariose du blé, causée par le pathotype Magnaporthe oryzae Triticum (MoT), a été initialement découverte au Brésil en 1985 et, en quelques décennies, elle a touché environ trois millions d'hectares de blé rien qu'en Amérique du Sud. La maladie a fait son premier saut intercontinental en Asie en 2016, provoquant une grave épidémie au Bangladesh où, dans les champs touchés, le rendement a diminué en moyenne de 51 pour cent.

Cette maladie fongique du blé se propage par l’intermédiaire de semences infectées, de résidus de culture et de spores, ces dernières pouvant parcourir de longues distances dans l’atmosphère. La propagation de la pyriculariose en Zambie est caractérisée par les deux mécanismes d'expansion.

Madame Tembo a suivi le cours de base sur l'amélioration du blé au CIMMYT, au Mexique, où elle a discuté de la nouvelle maladie. Les scientifiques lui ont donné des conseils et fourni les marqueurs moléculaires nécessaires à l'analyse des échantillons en Zambie. Ils ont ensuite coordonné l'analyse des échantillons de blé malade dans les installations de l'USDA-ARS à Fort Detrick, Maryland, aux États-Unis. Toutes les expériences ont confirmé la présence du pathotype Magnaporthe oryzae Triticum (MoT).

« C'est une catastrophe qui nécessite une attention immédiate », a averti Batiseba Tembo. « La pyriculariose du blé risque de marginaliser la croissance de la production de blé pluvial en Zambie et dans les pays voisins. »

Le programme de recherche sur le blé du CGIAR

Le CIMMYT et le programme de recherche sur le blé (WHEAT) du CGIAR agissent sur plusieurs fronts pour lutter contre la pyriculariose du blé. Des formations, telles qu'un cours international dirigé par l'Institut de recherche sur le blé et le maïs du Bangladesh (BWMRI), en collaboration avec le CIMMYT, le WHEAT et d'autres, permettent à leurs participants internationaux d’acquérir de nouvelles compétences techniques en matière de diagnostic et de traitement de la pyriculariose, et de comprendre les différentes stratégies élaborées pour atténuer la menace qu’elle représente. Les scientifiques et les partenaires du programme WHEAT travaillent sans relâche à l'étude de facteurs génétiques qui augmentent la résistance à la maladie et à la mise au point de systèmes d'alerte précoce, entre autres interventions de recherche. 

« Dans le cas de la Zambie, divers résultats de recherche, y compris la mise au point de variétés résistantes, l'identification de fongicides efficaces, l’application de mesures agronomiques et de nouvelles découvertes sur l'épidémiologie de la maladie seront utiles pour freiner la pyriculariose du blé en Zambie », a déclaré Pawan Singh, responsable du service des pathologies du blé au CIMMYT.
(CIMMYT/wi)


Lire l’étude :

Batiseba Tembo, Rabson M. Mulenga et al.: Detection and characterization of fungus (Magnaporthe oryzae pathotype Triticum) causing wheat blast disease on rain-fed grown wheat (Triticum aestivum L.) in Zambia  Publiée le 21 septembre 2020;

 

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Google Captcha est obligatoire!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings