Femmes désherbant un champ, Torit, Sud-Soudan. Selon les données de la FAO, les femmes constituent environ 45 pour cent de la main-d’œuvre agricole dans les pays en développement.
Photo: ©FAO/Stefanie Glinski

Initiative commune visant à lutter contre les inégalités de genre en milieu rural

Il est essentiel d’améliorer l’égalité de genre et l’autonomisation des femmes pour assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et pour éradiquer la pauvreté. La FAO, le FIDA et le PAM ont lancé une initiative commune sur les approches transformatrices en matière de genre (Gender-Transformative Approaches – GTA) pour encourager l’égalité de genre dans les zones rurales.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international pour le développement de l’agriculture (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont déclaré en mai 2019 qu’ils s’associaient pour lutter contre les inégalités de genre en milieu rural. Grâce à un soutien financier de cinq millions d’euros accordé par l’Union européenne (UE) pour une période de quatre ans, ces agences ont commencé, début 2019, à mettre en œuvre un nouveau programme commun axé sur les approches transformatrices en matière de genre (Gender-Transformative Approaches – GTA) et sur leur impact sur l’objectif de développement durable 2 (ODD2) – Faim « zéro ». 

Le programme s’articule sur quatre résultats clés :

1. Théorie du changement éprouvée pour les GTA en matière d’agriculture, de sécurité alimentaire et de nutrition, montrant comment les GTA contribuent au développement rural équitable et durable. Cette théorie du changement vise à servir de base à l’actualisation et au renforcement de la dimension de transformation des inégalités de genre dans les documents et outils d’orientation existants des agences, ainsi qu’à l’élaboration de nouveaux documents et outils ; 

2. compétences accrues du personnel technique dans l’intégration des GTA dans les activités de politique et de programmation. Le programme pilotera de nouvelles méthodologies et de nouveaux outils de développement des capacités du personnel et des partenaires en matière d’activités de transformation des inégalités de genre, dans le but de les intégrer dans les stratégies d’apprentissage obligatoire du personnel de chacune des agences. Par ailleurs, diverses activités d’apprentissage GTA seront organisées ;

3. collaboration accrue entre la FAO, le FIDA et le PAM en ce qui concerne les GTA. Pour cela, le programme inclura un processus continu de gestion et de partage des connaissances. Les témoignages et les connaissances obtenus, ainsi que les documents et les outils d’orientation élaborés par le programme, stimuleront la programmation commune, la conception des interventions, leur mise en œuvre, leur évaluation et l’apprentissage tiré de l’expérience ; 

4. changement de mentalité institutionnel de chacune des agences quant à leur engagement dans les GTA. À cet égard, le programme s’efforcera de renforcer la capacité du personnel technique à intégrer les méthodes de transformation des inégalités de genre dans tous les domaines de ses activités. Le programme fera également appel aux cadres supérieurs de la FAO, du FIDA et du PAM pour faciliter l’adoption institutionnelle des GTA. 

Selon la FAO, le FIDA et le PAM, les méthodologies traditionnelles sensibles au genre traitent les symptômes d’inégalité entre les sexes mais oublient souvent de prendre en considération les obstacles structurels sous-jacents. Les agences insistent sur le fait qu’il faut aller au-delà de la volonté de toucher les femmes et de les aider et qu’il faut remettre en cause les normes et pratiques discriminatoires à l’origine des inégalités de genre, et lutter contre elles. Les GTA s’efforcent activement d’examiner, de remettre en question et de modifier les normes de relation entre les sexes et les déséquilibres de pouvoir. Elles encouragent les hommes et les femmes, à tous les niveaux, à prendre conscience de la situation pour changer la répartition des rôles entre hommes et femmes afin de modifier la répartition des rôles, des responsabilités, des ressources et des opportunités.

Ines Lechner, rédactrice, Rural 21