Qu Dongyu, directeur général de la FAO, Alan Wolff, secrétaire général adjoint de l’OMC, Julia Klöckner, ministre allemande de l’Agriculture et Aidarbek Saparov, premier vice-ministre de l’Agriculture du Kazakhstan.
Photo: GFFA/photohek.de

Conférence des ministres de l’Agriculture 2020 – des règles équitables pour le commerce mondial

À la mi-janvier, le ministère fédéral allemand de l’Agriculture invite traditionnellement ses homologues du monde entier à Berlin pour examiner les questions de politique agroalimentaire. Cette année, le rôle du commerce dans la sécurité alimentaire mondiale a été à l’ordre du jour.

« Le commerce est indispensable à la sécurité alimentaire mondiale, » a déclaré Julia Klöckner, ministre fédérale allemande de l’Agriculture, à l’ouverture de la 12ème conférence des ministres de l’Agriculture, à Berlin. Cette conférence a lieu tous les ans, pendant la deuxième moitié de janvier, à l’occasion du Forum mondial de l’alimentation et de l’agriculture (GFFA) organisé dans le cadre de la Semaine verte internationale, à Berlin, Allemagne. Cette année, les ministres ont examiné la façon dont le commerce des produits alimentaires et agricoles et celui des services pour l’agriculture peuvent contribuer à assurer la sécurité alimentaire d’une population mondiale en pleine expansion, à améliorer la nutrition et la santé humaine, ainsi que les moyens d’existence et les revenus des exploitants agricoles, et à mettre en place des systèmes alimentaires plus durables visant à préserver la planète.

Julia Klöckner a déclaré qu’il était important de baser le commerce international sur l’équité et la transparence et de s’assurer que tous les agriculteurs – y compris les petits exploitants agricoles de l’hémisphère sud – soient parmi les gagnants. Il ne faut pas pour autant éluder des questions telles que la protection de l’environnement et la sécurité des aliments. Pour garantir l’application de normes communes et l’élimination des subventions agricoles qui faussent le marché, il est nécessaire de donner un second souffle à l’Organisation mondiale du commerce. La ministre a également accueilli favorablement la création d’une zone panafricaine de libre-échange à l’initiative de l’Union africaine.

Dans un communiqué conjoint, les ministres se sont engagés à soutenir le commerce international des produits agricoles et, simultanément, son développement durable. Ils ont également demandé que tous les pays et toutes les couches sociales bénéficient des gains de prospérité en résultant.

Pour aider l’agriculture à tirer parti des échanges commerciaux, la création de chaînes de valeur locales, régionales et mondiales doit être encouragée. Le communiqué déclare par ailleurs que les petits exploitants agricoles, notamment, doivent bénéficier d’une aide dans leur gestion des risques et ont besoin d’être mieux intégrés sur les marchés, p. ex. en favorisant la création de coopératives. Des innovations techniques et organisationnelles doivent faire en sorte que, dans l’ensemble, l’agriculture et l’industrie alimentaire soient plus efficientes et respectueuses des ressources, tout en améliorant leur attractivité pour une nouvelle génération d’agriculteurs.

« Les résolutions adoptées aujourd’hui sont un signal clair en faveur d’un libre échange réglementé et fondé sur la notion de valeur, » a souligné la ministre Julia Klöckner, avant de transmettre le communiqué à Qu Dongyu, directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, à Alan Wolff, secrétaire général de l’OMC et à Aidarbek Saparov, premier vice-ministre de l’Agriculture du Kazakhstan, qui doit accueillir la 12ème Conférence ministérielle de l’OMC dans sa capitale, Noursoultan, en juin 2020.

Silvia Richter, Rural 21

Télécharger le communiqué (en anglais)

À lire également :

Dossier Rural 21: « Commerce »