Ce sont les chercheurs qui le disent : adopter une alimentation saine, ce n’est pas seulement doubler sa consommation de fruits, de légumes, de légumineuses et de fruits à coque.
Photo: ©Alex Webb/Magnum Photos for FAO
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Selon la Commission EAT-Lancet, qui a déterminé des objectifs scientifiques mondiaux pour une alimentation saine et une production alimentaire durable, dans le but de fixer des objectifs scientifiques universels pour un système alimentaire s’appliquant à la planète et tous ses habitants, il est urgent de transformer de manière radicale le système alimentaire mondial.

Dans son rapport intitulé « Food in the Anthropocene: The EAT-Lancet Commission on Healthy Diets from Sustainable Food Systems », publié en janvier 2019, la Commission EAT-Lancet déclare que « l’alimentation sera une question déterminante du 21ème siècle et que la libération de son potentiel servira de catalyseur à la réalisation des ODD et de l’Accord de Paris.

Un lien étroit entre santé humaine et durabilité environnementale

La Commission présente un cadre mondial intégré et définit des objectifs scientifiques quantitatifs pour une alimentation saine et une production alimentaire durable. Elle soutient qu’offrir une alimentation saine à dix milliards de personnes dans les limites de ce que la planète peut assurer en matière de production alimentaire d’ici à 2050 est à la fois possible et nécessaire.
 
Les chercheurs font remarquer qu’on dispose de nombreuses preuves scientifiques montrant que l’alimentation est liée à la santé humaine et à la durabilité environnementale.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>