Dans les pays africains, les consommateurs n’achètent pas que des snacks dans les supermarchés ; ils achètent aussi de la nourriture saine telle que des fruits et des légumes.
Photo : Shutterstock

14.01.2020

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Une nouvelle étude de l’université allemande de Göttingen montre que dans les pays africains, les aliments achetés dans les supermarchés contribuent à réduire la sous-nutrition des enfants sans pour autant entraîner des problèmes d’obésité infantile.

La faim et la sous-alimentation sont encore très répandues en Afrique. En même temps, on constate une augmentation des problèmes de surpoids, d’obésité et de maladies chroniques apparentées. Des études récentes ont montré qu’en Afrique, la croissance de la grande distribution contribue au problème de l’obésité car les supermarchés ont tendance à vendre plus de produits alimentaires transformés que les marchés traditionnels. 

Toutefois, les précédentes recherches ne tenaient compte que des données concernant les adultes. Une nouvelle étude montre qu’il n’y a pas de lien entre les supermarchés et l’obésité infantile et qu’au contraire la grande distribution contribue à réduire le problème de la sous-alimentation chez les enfants. Les résultats de cette étude ont récemment été publiés dans la revue Global Food Security.

Dans le cadre de cette étude, des économistes agricoles et alimentaires de l’université de Göttingen, en Allemagne, ont recueilli des données auprès de 500 enfants du Kenya choisis de manière aléatoire sur une période de trois ans.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>