L’urbanisation entraîne une perte de précieuses terres agricoles.
Photo: ©FAO/Riccardo De Luca

15.01.2019

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
À l’échelle mondiale, les changements d’utilisation des sols exercent une pression croissante sur l’utilité des terres comme moyens de subsistance. Les chercheurs s’inquiètent de la perte des terres agricoles ; ils soulignent l’importance de la biodiversité et appellent de leurs vœux un mode de vie plus durable.

La biodiversité diminue presque partout ; tel est le message d’alarme lancé en janvier 2019 par des chercheurs de l’Institut Mercator de recherche sur le patrimoine commun de l’humanité et le changement climatique (MCC) de Berlin, Allemagne. Ces chercheurs ont étudié les changements constatés dans l’utilisation des terres à l’échelle mondiale en ce qui concerne la biodiversité, l’agriculture, le stockage du carbone et l’urbanisation pour la période 2000 à 2010.

Selon eux, la pression mondiale exercée sur les terres comme sources naturelles d’activité économique s’est considérablement accrue ces dernières années. Si les terres constituant la base des écosystèmes et de la biodiversité sont celles qui disparaissent le plus rapidement, la superficie des terres agricoles diminue également à une vitesse alarmante dans de nombreuses parties du monde.

C’est en Amazonie et en Indonésie que les espèces disparaissent le plus vite. C’est en Chine, en Inde et en Afrique du Nord que les terres agricoles reculent le plus.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>