La première conférence de la plateforme africaine du cacao a donné lieu à un échange animé d’expériences multinationales.
Photo : Arne Schuffenhauer, GIZ

19.12.2019

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Suivante > Dernière >>
À l’invitation de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH, la première réunion multinationale des acteurs du secteur ouest-africain du cacao s’est tenue fin novembre à Abidjan, Côte d’Ivoire. Les échanges ont essentiellement porté sur les mesures visant à accroître les revenus des cacaoculteurs, sur la valeur ajoutée grâce à la transformation locale et sur les modèles de cacaoculture agroécologique.

Encore une nouvelle initiative dans le secteur du cacao ? Telle a peut-être été la première réaction sceptique de nombreux observateurs à l’approche de la première conférence de la plateforme africaine du cacao organisée du 19 au 21 novembre à Abidjan, Côte d’Ivoire. Toutefois, à la fin de cette conférence, les 70 participants venus de six pays africains producteurs de cacao sont en grande partie tombés d’accord. En tant que représentant du Conseil international du cacao et du café (CICC), le Camerounais Omer Maledy a résumé la situation en ces termes : « Nous, les acteurs africains, pouvons utiliser la plateforme du cacao comme un moyen d’instaurer une coopération plus étroite et transfrontalière entre les institutions. Nous disposons maintenant de règles du jeu que nous pouvons aborder en tant que concepteurs. » 

Par le passé, il n’existait pratiquement aucune formule multinationale suffisamment élargie permettant de partager nos connaissances et nos expériences dans le secteur du cacao.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Suivante > Dernière >>