L’insuffisance d’aliments sains, d’une part, et la consommation et le gaspillage alimentaires excessifs, d’autre part, nuisent à la planète.
Photo: Jochen Dürr/ZEF
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Le nombre de personnes sous-alimentées augmente au niveau de la planète. C’est pourquoi une équipe de chercheurs demande une concentration mondiale de la recherche scientifique, un meilleur financement de la recherche et la création d’un comité international de la sécurité alimentaire et de l’agriculture chargée de préparer les décisions politiques.

Il y a de plus en plus de personnes sous-alimentées dans le monde et le nombre de celles qui souffrent d’une insuffisance en oligo-éléments dépasse les deux milliards. Par ailleurs, les taux de mortalité infantile atteignent des niveaux inacceptables. Dans ce contexte, il importe d’axer les efforts des chercheurs sur la résolution de ces problèmes et de créer un comité international de la sécurité alimentaire et de l’agriculture chargé de préparer les décisions politiques. Tels sont les constats et les conclusions de Joachim von Braun, de l’université de Bonn /Allemagne, de Robin Fears, du Conseil consultatif européen des académies des sciences (European Academies Science Advisory Council – EASAC), et de Volker ter Meulen, président du partenariat interacadémies (InterAcademy Partnership – IAP), dans la revue spécialisée Science Advances.

Les chercheurs expliquent que l’insuffisance d’aliments sains et la mauvaise gestion des systèmes agricoles, d’une part, et la consommation et le gaspillage alimentaires excessifs, d’autre part, nuisent à la planète et constituent « une menace sans précédent pour la sécurité alimentaire mondiale ».

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>