L’éducation dans les situations d’urgence est une grande priorité des actions humanitaires de l’UE. Élèves participant à une leçon de mathématique dans l’école primaire Lufunda, à Mpati/Nord-Kivu, République démocratique du Congo.
Photo : NRC/Christian Jepsen

30.10.2019

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>
Pour mettre le principe du « nexus » en pratique, des modifications doivent être apportées à tous les niveaux du cycle de programmation – du partage des informations au financement. L’auteur explique ce que cela signifie pour l’action de l’Union européenne et comment l’intégration doit se traduire par des actions plus efficaces de lutte contre les crises prolongées.

Les actions de l’Union européenne visant à sauver des vies, éradiquer la pauvreté et réaliser les objectifs de développement durable ont évolué au cours des décennies, en répondant aux différents défis et en s’adaptant aux nouvelles réalités. Nous constatons que les crises humanitaires durent souvent plusieurs années, ont des retombées sur la région et obligent les populations à abandonner leurs foyers pendant de longues périodes. Parallèlement, la prévalence de la violence et des conflits alimente l’instabilité qui sape continuellement l’aide humanitaire et les efforts de développement.

La réalité montre par conséquent qu’une approche traditionnelle, essentiellement compartimentée, dans laquelle les actions humanitaires, de développement et de paix de l’Union européenne sont séparées les unes de autres, ne correspond pas aux difficultés auxquelles nous sommes actuellement confrontées dans notre voisinage, en Afrique ou dans le monde entier – partout où on rencontre des catastrophes anthropiques ou naturelles. Compte tenu de la durée des crises, les actions en faveur de l’aide humanitaire, du développement et de la paix se chevauchent souvent dans le temps.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>