L'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2019
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>
Le nombre de personnes souffrant de la faim augmente encore, indique un nouveau rapport de l'ONU. Il met l'accent sur le rôle des ralentissements et des ralentissements économiques et introduit un nouvel indicateur permettant de mesurer l'insécurité alimentaire.

La nouvelle édition du rapport intitulé L'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2019 est publiée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) conjointement avec le Fonds international de développement agricole (FIDA), le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle met l'accent sur les moyens de se prémunir contre les ralentissements et les fléchissements économiques.

Le rapport constate que le nombre de personnes sous-alimentées continue de progresser, 820 millions de personnes n’ayant pas eu assez à manger en 2018, contre 811 millions l’année précédente. La situation est particulièrement préoccupante en Afrique, parce que la région enregistre les taux les plus élevés de faim dans le monde et ces taux continuent d’augmenter dans presque toutes les sous-régions, quoique lentement.

L’Afrique et l’Asie portent à elles seules la plus grande charge de toutes les formes de malnutrition, car elles comptent plus de neuf enfants sur dix présentant un retard de croissance et plus de neuf enfants sur dix souffrant d’émaciation dans le monde.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>