Vérification de la température.
Photo: ©OMS Ouganda

23.07.2019

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Suivante > Dernière >>
Près d’un an après que l’épidémie d’Ébola a été déclarée dans l’est de la RDC, le nombre de nouveaux cas atteint des niveaux inquiétants. Des efforts accrus sont urgemment nécessaires pour venir à bout de cette maladie mortelle.

La flambée de maladie à virus Ébola en République démocratique du Congo (RDC) a été déclarée urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) le 17 juillet 2019.

Depuis la déclaration de la flambée il y a près d’un an, elle a été classée comme une situation d’urgence de niveau 3 – la plus grave – par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce qui a suscité le plus haut niveau de mobilisation de la part de l’OMS. Les Nations unies ont également reconnu la gravité de la situation d’urgence en activant l’intensification de l’action à l’échelle du système humanitaire en vue de soutenir la riposte face à Ébola.

Cette déclaration fait suite à une réunion du Comité d’urgence du Règlement sanitaire international (RSI) concernant la maladie en RDC. Le Comité a mentionné l’évolution récente de la flambée épidémique en formulant sa recommandation, notamment le premier cas confirmé à Goma, une ville de près de deux millions d’habitants à la frontière avec le Rwanda et qui est la porte d’entrée vers le reste du pays et le monde.

Le Comité a déploré les retards dans le financement qui ont entravé la riposte.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Suivante > Dernière >>