Vache dans une ferme de Saniliurfa, Turquie : les régions associées à des taux élevés de résistance aux antimicrobiens, chez les animaux, se trouvent en Chine, en Inde, en Iran et en Turquie.
Photo : @FAO/Barkin Bulbul 

16.10.2019

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>
Une nouvelle plateforme internet à accès libre donne une vue d’ensemble de la résistance aux antimicrobiens chez les animaux à l’échelle mondiale. Selon les chercheurs, les médicaments utilisés dans l’élevage des animaux perdent rapidement de leur efficacité. La résistance aux antimicrobiens augmente dans les pays en développement et les pays émergents en raison de la consommation accrue de viande et de la non-réglementation de l’accès aux antimicrobiens vétérinaires.

Selon une déclaration de l’ETH Zurich, en septembre 2019, les infections résistantes aux antimicrobiens augmentent rapidement chez les animaux des pays à revenu faible ou moyen. Dans certaines régions, les antimicrobiens les plus fréquemment utilisés pour traiter les animaux ont presque totalement perdu leur efficacité dans le traitement des infections.

Pour savoir où, et dans quelles espèces animales, cette résistance se manifeste pour les bactéries alimentaires communes Salmonella, E. coli, Campylobacter et Staphylococcus, les chercheurs ont créé la plateforme internet à libre accès www.resistancebank.org.

Des capacités de surveillance limitées dans les pays à revenu faible ou moyen  

Pour répondre à l’accroissement de la demande mondiale de viande, la production animale a été intensifiée et s’est accompagnée, entre autres, d’une utilisation accrue d’antimicrobiens. Les éleveurs utilisent ces produits pour traiter les infections et les prévenir chez les animaux élevés dans des conditions de promiscuité ; mais ces médicaments sont également utilisés pour augmenter la prise de poids et, ainsi, améliorer la rentabilité.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>