Culture de maïs infestée par la chenille légionnaire d’automne dans la province de Lipompo, mars 2017. <br/>Photo: ©FAO/Steven Lazaro
Culture de maïs infestée par la chenille légionnaire d’automne dans la province de Lipompo, mars 2017.
Photo: © FAO/Steven Lazaro

22.09.2017

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>
Depuis le début de 2017, la chenille légionnaire d’automne, originaire des Amériques, se propage en Afrique. Les experts admettent qu’il ne sera pas possible d’exterminer complètement ce ravageur sur le continent africain. Il est, bien au contraire, probable que les zones infestées par la légionnaire d’automne s’étendent, ce qui signifie que les agriculteurs devront apprendre à gérer ce nuisible.

En août 2017, la présence de la chenille légionnaire était signalée dans 31 pays africains. Et, selon le Professeur Kenneth Wilson de l’université de Lancaster, au Royaume-Uni, qui a beaucoup travail-lé sur la chenille légionnaire africaine, il est probable que les infestations atteignent le Moyen-Orient et éventuellement même l’Europe.

La chenille légionnaire d’automne, venue des Amériques, est à présent arrivée en Afrique et s’y propage. Elle ne sera pas éradiquée. Telle est la conclusion à laquelle sont parvenus plusieurs experts de la chenille légionnaire d’automne lors d’une réunion soutenue par l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), qui s’est tenue à Accra, au Ghana, à la fin de juillet 2017.

Selon eux, des dizaines de millions de cultivateurs de maïs en Afrique devront apprendre à proté-ger leurs récoltes contre les infestations de chenilles légionnaires d’automne. En Afrique subsaha-rienne, plus de 95 pou cent des cultivateurs de maïs sont des petits exploitants familiaux.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>