Patrick Ghembo, du village de Monyo, Malawi, dans son champ détruit par le cyclone Idai en mars 2019.
Photo : © Gavin Douglas/Concern Worldwide
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Suivante > Dernière >>
Les progrès réalisés dans la lutte mondiale contre la faim sont gravement remis en cause. Dans les pays déjà touchés par la faim et la pauvreté, le changement climatique aggrave la situation nutritionnelle. C’est la conclusion à tirer de l’Indice de la faim dans le monde présenté par Welthungerhilfe à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation.

Si les progrès réalisés dans la réduction de la malnutrition se poursuivent au rythme actuel, environ 45 pays ne réussiront pas à atteindre l’Objectif de développement durable 2 « Faim zéro » (ou du moins un faible niveau de faim) d’ici à 2030. C’est-là un des résultats présentés par l’Indice de la faim dans le monde (IFM) de cette année, publié annuellement par les ONG Welthungerhilfe et Concern Worldwide à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, le 16 octobre. 

L’Indice de la faim dans le monde 2019 analyse la situation nutritionnelle de 117 pays. Résultat : 822 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde. Après des années de recul, ce nombre a recommencé à progresser au cours des trois dernières années (il était de 785 millions en 2015). Par ailleurs, environ deux milliards de personnes souffrent de malnutrition. D’un côté, l’IFM a reculé de 31% depuis 2000, et 14 pays ont considérablement amélioré leur situation pendant cette période, parmi lesquels l’Angola, l’Éthiopie, le Laos et le Rwanda.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Suivante > Dernière >>