Pulvérisation de pesticides sur des cultures légumières
Avertissement des scientifiques : un équilibre doit être trouvé entre amélioration de l’accès aux engrais et prévention de leur surutilisation.
Photo : Shutterstock / Franco Lucato

06.09.2019

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Les agriculteurs des pays pauvres ne peuvent pas toujours s’offrir d’engrais et obtiennent donc des rendements faibles. Des politiques et des programmes de subventions améliorés pourraient faire baisser les prix et faciliter l’accès. Dans le même temps, les chercheurs préviennent que les gouvernements devront limiter l’impact environnemental de la surutilisation des engrais.

Une équipe de chercheurs internationaux propose de subventionner les fabricants, ce qui pourrait améliorer l’accès aux engrais dans les pays en développement, sans pour autant accroître le stress environnemental.

Dans un article basé sur des preuves scientifiques, l’équipe présente une stratégie pour gérer l’utilisation mondiale d’engrais tout en minimisant la pollution à l’azote – un effet secondaire commun. Ils remarquent qu’il est indispensable d’améliorer l’accès aux engrais dans les pays en développement si l'on veut pouvoir apporter davantage d’aliments à une population en pleine croissance.

Les chercheurs considèrent la coopération intergouvernementale et les incitations permettant aux entreprises de fournir des engrais de qualité à moindre coût comme des mesures essentielles pour lutter contre la pauvreté des sols et la pénurie d’aliments.

« Dans de nombreux pays en développement, l’impossibilité d’accéder à des engrais commerciaux a conduit à de piètres rendements et à un épuisement des sols qui manquent fortement d’éléments nutritifs, explique Benjamin Houlton, principal auteur de l’article et directeur de l’institut John Muir Institute of the Environment de l’université de Californie à Davis, USA.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>