Des mères rwandaises nourrissent leurs enfants avec de la purée de patates douces biofortifiées.
Des femmes rwandaises apprennent à incorporer de la patate douce à chair orange dans leurs repas.
Photo : Hugh Rutherford / CIP

31.05.2019

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Une nouvelle étude réalisée par des scientifiques français et portant sur l’industrialisation de la transformation des petits pots pour bébés montre que l’ajout de patates douces riches en vitamines A permet d’améliorer la qualité nutritionnelle des aliments destinés aux enfants de moins de six ans dans de nombreux pays en développement.

Des scientifiques du Centre international de la pomme de terre (CIP) de Lima au Pérou ont accueilli favorablement une étude menée par des chercheurs du Centre français de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) de Montpellier, qui appuie la transformation commerciale des patates douces à chair orange (PDCO) biofortifiées. L’étude « Bioaccessibility of Biofortified Sweet Potato Carotenoids in Baby Food: Impact of Manufacturing Process » (Petits pots pour bébé à base de patate douce : Impact des procédés de fabrication sur la bioaccessibilité des caroténoïdes), publiée dans la prestigieuse revue Frontiers in Nutrition journal, approuve la formulation de la purée de patates douces à chair orange proposée dans les échantillons testés, qui contient également du potiron, de l’huile et du jaune d'œuf, pour améliorer la sécurité et la qualité des petits pots pour bébés.

Les chercheurs remarquent notamment que la formule maximise la bioaccessibilité des caroténoïdes des aliments, facilitant ainsi l’absorption de la vitamine A.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>