Jonathan Mokshell est économiste postdoctoral en agro-alimentaire au Centre international d’agriculture tropicale (CIAT) à Cali, Colombie, et chercheur associé à l’Institut allemand de développement (DIE) à Bonn, Allemagne. Ses travaux sont axés sur les politiques, institutions, marchés et dimensions perturbatrices de l’innovation dans le système alimentaire mondial.

01.02.2019

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>
Dans les pays développés et en développement, les acteurs politiques se querellent sur la question de savoir s’il faut promouvoir l’intensification agroécologique ou l’intensification agricole durable pour faire face au problème multiple que posent la croissance démographique, le changement climatique, la dégradation de l’environnement et une situation précaire en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle. Cette question alimente des débats intenses et débouche sur une impasse pour les acteurs politiques. La durabilité mixte pourrait être un moyen de sortir de cette impasse.

Les différences d’avis sont inhérentes à tous les débats. L’échange de points de vue divergents peut être sain car il peut enrichir les connaissances, voire inspirer des idées permettant de résoudre des problèmes concrets. Mais il peut également être malsain. C’est ce qui se produit lorsque les idéologies empêchent la résolution d’une question importante.

Définition de l’intensification agroécologique et de l’intensification agricole durable

Le débat entre les deux approches d’agriculture durable, c’est-à-dire l’intensification agroécologique (IAE) et l’intensification agricole durable (IAD), a de toute évidence atteint une impasse. Les partisans des deux camps affirment que leur approche offre la solution la plus appropriée, socialement la plus acceptable, économiquement la plus viable et la plus respectueuse de l’environnement au problème qui consiste à nourrir les 8,5 milliards de personnes que devrait compter la planète d’ici à 2030 – délai fixé pour la réalisation des objectifs de développement durable des Nations unies. La littérature existante voyait dans l’IAE et l’IAD deux approches d’agriculture durable situées aux antipodes l’une de l’autre.

L’IAE fait référence à l’application de la science écologique à l’étude, la conception et la gestion de l’agriculture durable.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>