Infestation du maïs par le légionnaire d‘automne, Sri Lanka. Le légionnaire d’automne, originaire d’Amérique, se répand dans toute l’Afrique et l’Asie depuis 2016.
Photo : ©FAO/Lekha Edirisinghe
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>
Les végétaux représentent 80 pour cent de notre alimentation mais subissent la menace constante et croissante des ravageurs et des maladies. Pour atteindre les ODD, il est primordial de promouvoir la santé des végétaux, mais il est bien plus facile et plus rentable de protéger les végétaux des ravageurs et des maladies que de répondre aux urgences phytosanitaires.

L’Année internationale de la santé des végétaux (IYPH) décrétée par les Nations unies pour 2020 a été lancée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en décembre 2019. Elle a pour but de sensibiliser le public à la protection de la santé des végétaux comme levier pour éliminer la faim, réduire la pauvreté, protéger l’environnement et doper le développement économique.

Chaque année, jusqu’à 40 pour cent des cultures vivrières mondiales sont détruites à cause des ravageurs ou des maladies. Ceci entraîne des pertes de plus de 220 milliards de dollars américains (USD), engendre la famine pour des millions de personnes et endommage l’agriculture – principale source de revenus des communautés rurales pauvres.

Pour ces raisons, selon la FAO, les politiques et les mesures de promotion de la santé des végétaux sont fondamentales pour la réalisation des Objectifs de développement durable.

Le changement climatique et les activités humaines sont des écosystèmes influents qui réduisent la biodiversité et créent des conditions permettant aux ravageurs de se multiplier.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>