Si on compare 2018 à 2017, l’APD bilatérale attribuée à l’Afrique a diminué de quatre pour cent en termes réels.
Photo: S. Richter
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
En 2018, l’aide étrangère fournie par les donateurs publics a diminué de 2,7 pour cent par rapport à 2017, et la part qui va aux pays les plus pauvres a décliné. Selon l’OCDE, le montant de l’aide équivaut à 0,31 pour cent du revenu national brut combiné des donateurs du CAD, soit un niveau très inférieur au pourcentage cible de 0,7 pour cent pour l’APD.

En 2018, l’aide fournie par les donateurs publics a diminué de 2,7 pour cent par rapport à 2017. D’après les données provisoires collectées par l’OCDE, la diminution a été particulièrement importante pour les pays les plus pauvres. Ce recul est en grande partie dû à la réduction de l’aide accordée pour l’accueil de réfugiés car le nombre des entrées a diminué et les règles selon lesquelles les coûts d’accueil des réfugiés pouvaient être couverts par les budgets d’aide publique ont été renforcées.

En 2018, l’aide publique au développement (APD) fournie par les 30 membres du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE s’est élevée à 153,0 milliards de dollars US (USD). Dans les calculs, une nouvelle méthodologie fondée sur « l’équivalent-subvention » tenant compte des prêts a été utilisée. Selon la méthodologie « basée sur les flux de trésorerie » utilisée par le passé, l’APD 2018 s’élevait à 149,3 milliards USD, soit 2,7 pour cent de moins, en termes réels, qu’en 2017.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>