Le renforcement de ces pratiques d’évaluations participatives et inclusives contribue à créer des processus de dialogue entre les parties prenantes qui, per se, résultent du développement, comme nous l’avons constaté en Europe de l’Est et au Bangladesh.

L’ « évaluation des bénéficiaires », ainsi appelée depuis sa description par Lawrence Salmen, de la Banque mondiale, dans les années 1990, est une autre approche ou méthodologie facilitant l’autonomisation des principales parties prenantes. C’est une méthode qualitative utilisée pour améliorer l’impact des activités de développement en partant des points de vue des bénéficiaires prévus relativement à une intervention prévue ou en cours. Les membres de la collectivité, les agriculteurs et autres participants au projet sont formés en tant qu’observateurs pairs lors d’un atelier de trois jours. Ils identifient ensuite les questions de recherche et lancent un processus d’interrogation des pairs dans leurs collectivités.

Cette méthode a pour objectif  d’évaluer l’activité telle qu’elle est perçue par les bénéficiaires du projet et d’intégrer les résultats dans le pilotage du projet.