01.02.2019

Selon Michel Pimbert, l’agroécologie est basée sur l’autonomie, l’utilisation prudente des ressources et la coopération tout au long de la chaîne agroalimentaire. L’agroécologie n’est par conséquent ni un système de production défini ni une technique de production. C’est plutôt un ensemble de principes et de pratiques visant à améliorer la durabilité d’un système agricole adapté aux conditions locales et en tant que mouvement, elle cherche de nouveaux moyens d’établir un lien entre les producteurs de denrées alimentaires et les consommateurs – une approche qui est primordiale pour la sécurité alimentaire.

Parmi les nombreuses formes de systèmes de production agroécologique, seuls les produits issus de la production biologique sont soumis à une réglementation mondiale, avec des lois et des lignes directrices pour les labels privés. Toutefois, les diverses formes de production, qu’elles soient codifiées biologiques ou agroécologiques, diffèrent toutes considérablement de l’agriculture conventionnelle industrialisée (voir le tableau).

Voies concurrentes proposées pour l’agriculture durable – de réelles solutions ou de la poudre aux yeux ?

Des concepts concurrents alléguant eux aussi un fondement technologique et visant à rendre l’agriculture industrielle plus durable sont également proposés.