01.02.2019

Dans les programmes de sélection de ces variétés à haut rendement utilisées dans les systèmes industriels, peu d’importance a été accordée à l’adaptation aux conditions locales et à la résistance aux nuisibles et aux maladies.

Le concept de l’agroécologie

L’agroécologie est un concept de plus en plus intéressant pour ceux qui souhaitent transformer les actuels systèmes agroalimentaires non durables en systèmes durables. En 1983, Miguel Altieri l’a définie comme l’application de principes écologiques à l’agriculture et elle inclut fondamentalement les agriculteurs et s’appuie sur leurs connaissances. Il a proposé que les systèmes agroécologiques soient basés sur cinq principes écologiques : 1) recycler la biomasse et équilibrer les flux de nutriments et leur disponibilité ; 2) garantir des conditions de sol favorables à la croissance des plantes en renforçant sa teneur en matières organiques ; 3) minimiser les pertes de rayonnement solaire, d’eau et de nutriments en gérant le microclimat et la couverture du sol et en pratiquant la collecte des eaux ; 4) accroître la diversification biologique et génétique des terres cultivables ; et 5) favoriser les interactions biologiques bénéfiques et minimiser le recours aux pesticides.

Pour d’autres, l’agroécologie n’est pas seulement un système de production alimentaire ou une discipline scientifique ; c’est aussi un mouvement social qui établit un lien entre les producteurs et les consommateurs et qui critique les effets de l’industrialisation et le cadre économique du marché alimentaire mondialisé.