01.02.2019

Par ailleurs, dans ce qu’il est convenu d’appeler les pays moins développés dont l’agriculture est encore peu industrialisée, des groupes puissants exercent des pressions sur les gouvernements nationaux pour les inciter à adopter ces principes de monoculture industrialisée, aux dépens des petits exploitants agricoles, de la santé humaine et de l’environnement. Les produits de ces longues chaînes ouvertes et linéaires de transformation industrielle peuvent être des produits alimentaires, mais ce n’est pas ce à quoi sont essentiellement destinées ces cultures de base. Beaucoup servent de matières premières pour l’alimentation, la production de fibres et, de plus en plus, la production de combustible. Emily Cassidy et ses collègues ont calculé qu’à l’échelle mondiale, environ 59 pour cent seulement de la totalité des calories produites vont au système alimentaire mondial. Toutefois, alors que dans les pays en développement plus de 80 pour cent des calories produites par la culture vont à l’alimentation humaine, ce pourcentage est seulement de 34 pour cent aux États-Unis.